[scald=89533:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - La secrétaire nationale d'Europe écologie-Les verts (EELV), Cécile Duflot, et l'ancien syndicaliste paysan José Bové ont une nouvelle fois défendu vendredi la candidature à l'élection présidentielle française d'Eva Joly, à la peine dans les sondages.

L'ancien magistrat plafonne à 3% d'intentions de vote dans les enquêtes d'opinion et descend même dans certaines à 2%. Certaines de ses propositions suscitent la controverse au sein de son propre parti.

Début janvier, le député européen Daniel Cohn-Bendit s'est déclaré tenté de rallier le Parti socialiste dès le premier tour.

"La candidature d'Eva Joly, elle a un sens, au-delà même du projet écologiste. C'est l'incarnation d'un parcours politique que les écologistes défendent, quelqu'un qui n'est pas une professionnelle de la politique", a fait valoir Cécile Duflot sur Canal +.

"Il faut mélanger les personnes et Eva a un parcours et un engagement citoyen qui montre qu'on peut faire de la politique au plus haut niveau en ayant un parcours de vie différent des parcours classiques", a-t-elle ajouté.

Sur France Info, José Bové a également estimé qu'Eva Joly devait persévérer.

"Nous sommes à un tournant car la campagne est en train de commencer véritablement. Il y a eu des 'couacs' par le passé mais on remet les choses en ordre", a-t-il dit.

"Nous avons des raisons de présenter un candidat, le réchauffement climatique est toujours là, il faut une candidature d'Eva Joly", a-t-il poursuivi.

Eva Joly doit présenter la totalité de son programme le 11 février.

Matthias Blamont

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.