Le ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy a annoncé ce mardi sa démission du gouvernement. Visé par plusieurs enquêtes journalistiques, il a publié l'annonce de sa démission sur Facebook, et porte plainte pour diffamation.

François de Rugy, en 2017, au cœur de l'hémicycle de l'Assemblée nationale
François de Rugy, en 2017, au cœur de l'hémicycle de l'Assemblée nationale © AFP / Joël Saget

"J'ai présenté ma démission au Premier ministre" : ce mardi après-midi, le ministre de la Transition écologique François de Rugy a annoncé qu'il quittait le gouvernement, une semaine après les premières révélations par le site Mediapart sur son train de vie lorsqu'il était président de l'Assemblée nationale, suivies par d'autres révélations dans les jours suivants.

"La mobilisation nécessaire pour me défendre fait que je ne suis pas en mesure d'assumer sereinement et efficacement la mission que m'ont confiée le président de la République et le Premier ministre."

"La volonté de nuire, de salir, de démolir, ne fait pas de doute", affirme le ministre démissionnaire, qui vise directement Mediapart, dans sa publication. Il annonce en outre que ses avocats ont déposé une plainte en diffamation contre le site d'investigation. 

Cette "décision difficile", affirme-t-il, vise aussi à "protéger" son entourage familial. Mais l'ancien président de l'Assemblée nationale termine sa tribune par une volonté de revenir ultérieurement : "Je veux aussi dire à bientôt", déclare-t-il.

Dans un communiqué, le président de la République a annoncé accepter et respecter la décision du ministre pour qu'il "puisse se défendre pleinement et librement". La porte-parole du gouvernement Sibeth N'Diaye a salué le choix "courageux" de François de Rugy qui a "vocation à protéger le collectif gouvernemental". 

Pour l'instant aucun successeur n'a été nommé au poste de ministre de la Transition écologique. 

De son coté, la rédaction de Mediapart relate avoir pris contact avec François de Rugy lundi soir pour lui poser "des questions en vue de la publication d'une nouvelle enquête". Dès l'annonce de la démission du ministre, le co-fondateur de Mediapart Edwy Plenel a expliqué sur Franceinfo que l'enquête portait sur "l'utilisation de ses indemnités de mandat quand il était député", et a déclaré que cette enquête allait être publiée dans les heures à venir. "L'information a été plus forte que la communication", a déclaré Mediapart à l'AFP.

Après les révélations successives de Mediapart, mais aussi par la suite des journaux Ouest-France et Le Parisien, le Premier ministre Édouard Philippe et le président de la République Emmanuel Macron avaient réaffirmé leur confiance envers le ministre, tout en demandant que la lumière soit faite sur les faits : "Je ne prends pas de décision sur base de révélations mais de faits", avait affirmé Emmanuel Macron.

POUR EN SAVOIR PLUS :

Démission de François de Rugy : Mediapart, tombeur de politiques en série 

Démission de François de Rugy : Écologie, le ministère amer

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.