Christiane Taubira mercredi à Rouen, Bernard Cazeneuve ce jeudi à Lyon, Najat Vallaud-Belkacem dimanche à Paris. Une partie de la hollandie vient prêter main forte lors d'une campagne européenne qui ne décolle pas voire menace de se crasher. En attendant qui sait, l'intervention de François Hollande lui-même.

Christiane Taubira à la rescousse de Raphael Glucksmann
Christiane Taubira à la rescousse de Raphael Glucksmann © Radio France / Laurence Peuron

Et si tous les socialistes se donnaient la main pour sauver la campagne engluée du PS et de Place Publique ? La liste emmenée par Raphaël Glucksmann dégringole dans les sondages, plus sûre aujourd’hui de passer les 5% fatidiques qui permettent d’obtenir des députés au Parlement européen. 

Alors nombre d’anciens ministres de François Hollande reprennent du service. Christiane Taubira, l’ancienne garde des sceaux a fait le job hier à Rouen. Avant Bernard Cazeneuve, l'ancien Premier Ministre aujourd'hui à Lyon, et l'ancienne ministre de l'Education nationale Najat Vallaud Belkacem dimanche à Paris.

Mercredi sous la grande halle de bois, à deux de jets de pierre de la cathédrale de Rouen, devant quelque 600 militants très gauche propre sur elle ; deux femmes en colère.

L'écologiste féministe Claire Nouvian, fondation de l'ONG Bloom pour la préservation du vivant et des océans, prix Goldman de l'environnement fièrement revendiqué ("quelle autre liste européenne peut se vanter d'avoir l'équivalent de 2 prix Nobel sur sa liste?" répète celle qui figure, à sa demande, en 78ème place sur la liste d'union avec le PS). Claire Nouvian donc monte sur scène, son discours papier à la main et un sourire de gamine qui s'apprête à défriser les mise en plis de façon velue :

Eh oui personne n'a relu mon discours. Alors je fais ce que je veux . Que faisons-nous pour défendre les femmes courageuses dans l'espace public. On les laisse être traitées de folles, d'hystériques, de connes, de putes, de salopes, de singes parce qu'elles osent se battre?"

Référence à la manière outrageusement grossière et machiste dont elle a été traité récemment par un mâle journaliste sur le plateau de CNews, rappel aussi des insultes sexistes et racistes qui ont visées Christiane Taubira alors Garde des Sceaux de François Hollande.

François Hollande dont l'ombre plane sur une campagne qu'il a choisi pour l'heure d'ignorer superbement. On se souvient sur France Inter le mois dernier de cet échange hirsute : 

-"Voterez vous pour la liste PS? 

- Je vote toujours socialiste, encore faut-il qu'il y ait une liste socialiste"

François Hollande donc convoqué pour la première fois depuis le début de cette campagne par le patron du Ps Olivier Faure qui avait manifestement mangé du lion hier.

"Whaooooo (éructé de façon crooner, NDLR) on n'a pas fait que des conneries. On a fait aussi des trucs formidables. François, si tu m'entends prends aussi ce que je viens de dire comme un hommage pour ce que tu as pu faire pendant 5 ans!"

Enfin le renfort de Christiane Taubira qui prend d’assaut La Tribune avec un texte d’apocalypse "Le cataclysme de Damoclès " de Garcia Marquez avant d’attaquer "la campagne binaire" dit elle d’Emmanuel Macron qui divise le monde  entre nationalistes et progressistes. 

"il faut mettre un terme à cette esbrouffe binaire qui prétend que le jeu se déroule entre des progressistes qui s'appellent ainsi eux-mêmes sans définir ce qu'est le progrès; et des nationalistes fourre-tout"

Elle envoie encore : 

"Proclamons à la face de tous que la gueule de bois, c'est fini!"

Avant de conclure par des mots de René Char... sinon ce ne serait pas du Taubira.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.