Seul candidat pour prendre la tête du parti créé par Emmanuel Macron, Christophe Castaner a été élu à la quasi-unanimité ce samedi. Les militants doivent maintenant départager les quatre listes de candidats qui composeront le bureau politique de LREM.

L'élection de Christophe Castaner à la tête du parti entraînera en début de semaine un remaniement ministériel, qui devrait toutefois rester d'ampleur limité.
L'élection de Christophe Castaner à la tête du parti entraînera en début de semaine un remaniement ministériel, qui devrait toutefois rester d'ampleur limité. © AFP / LUDOVIC MARIN

"Je suis très fier et très honoré d'avoir été élu délégué général" a tweeté samedi matin Christophe Castaner, secrétaire d'État et porte-parole du gouvernement et désormais chef de file de la République en marche. Sans surprise, le seul candidat en lice pour prendre la tête du parti a été élu à main levée, à quasi unanimité moins deux abstentions, dans un scrutin à huis clos qui se tenait à Chassieu, près de Lyon.

Christophe Castaner devient donc "délégué général" pour un mandat de trois ans. 

"Je serai un animateur, un facilitateur à votre service", "votre vote ne me donne aucun droit, uniquement des devoirs", a déclaré M. Castaner en s'adressant aux membres du Conseil, le "parlement" du parti, ont rapporté à l'AFP des spectateurs présents dans la salle. 

"Je me réjouis que le mouvement ait aujourd'hui le visage de Christophe Castaner comme premier responsable", a réagi de son côté Richard Ferrand, patron des députés LREM qui constituent le principal contingent du Conseil de 750 membres. 

Quatre listes pour un bureau politique

Après avoir adopté à l'unanimité sa "charte des valeurs" en ouverture de son Conseil, le parti présidentiel doit encore élire samedi avant midi le bureau exécutif de 20 membres qui constituera l'équipe autour de M. Castaner. Quatre listes sont en lice.  

Porte-parole du gouvernement et secrétaire d'État aux Relations avec le Parlement, Christophe Castaner devrait abandonner au moins le premier, si ce n'est ses deux postes au gouvernement.  Son élection à la tête du parti entraînera en début de semaine un remaniement, qui devrait toutefois rester d'ampleur limité.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.