[scald=113079:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - L'eurodéputé d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) Daniel Cohn-Bendit a tiré à boulets rouges lundi sur Jean-Luc Mélenchon, estimant que le discours "simplificateur" du candidat du Front de gauche "faisait l'affaire" de Nicolas Sarkozy.

Dans un entretien au Monde, le responsable écologiste reproche à Jean-Luc Mélenchon, qui fait actuellement figure de "troisième homme" de l'élection présidentielle dans certains sondages, la teneur de ses discours.

"Quand vous entendez Jean-Luc Mélenchon fustiger l'impérialisme américain, n'entendez-vous pas en creux les discours du Parti communiste contre l'Otan dans les années 1950 ?", ironise Daniel Cohn-Bendit. "Non seulement il nous ressuscite une rhétorique très 'guerre froide', mais il escamote dans son discours tout ce qui le gêne."

"Moi aussi, je veux bien refaire l'Histoire à ma sauce, ça n'est pas bien compliqué, mais c'est tellement simplificateur. La vie, ce n'est pas aussi simple qu'un discours de Jean-Luc Mélenchon."

Pour l'ancien leader de la révolte étudiante de mai 1968, la progression dans les sondages de Jean-Luc Mélenchon "fait bien l'affaire du président sortant."

"L'émergence de cette gauche, jacobine, centralisatrice et caricaturale est pain bénit pour Nicolas Sarkozy. Cela lui permet de désigner à l'opinion cette gauche littéralement gangrenée par la question nationale, bloquée idéologiquement sur la question européenne, et fondamentalement anti-Occident", souligne-t-il.

La candidate d'Europe Ecologie les Verts à la présidentielle Eva Joly est crédité d'environ 2% d'intentions de vote dans les sondages.

Marine Pennetier, édité par Jean-Loup Fiévet

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.