une enquête en france sur le programme américain de surveillance prism
une enquête en france sur le programme américain de surveillance prism © reuters

Les services du Premier ministre ont demandé à la mi-août aux personnels des ministères de proscrire l'utilisation de téléphones portables personnels pour toute communication sensible.

Dans une circulaire révélée mardi par L'Express et adressée le 19 août aux directeurs de cabinet des différents ministères, un proche collaborateur de Jean-Marc Ayrault justifie cette démarche en rappelant la survenance de plusieurs "atteintes à la sécurité des systèmes d'information" ces derniers mois.

Les révélations sur l'ampleur du programme d'espionnage des communications téléphoniques et internet Prism mené par l'Agence nationale de sécurité américaine (NSA) ont déclenché un tollé,notamment au sein de l'Union européenne. Najat Vallaud-Belkacem a précisé le dispositif gouvernemental de protections des données des ministres :

Des consignes sont indispensables en la matière. Que le Premier ministre nous alerte et que nous en tirions les conséquences est bien naturel. Il ne faut pas non plus entrer dans une forme de paranoïa (...) Des consignes de cette nature, ça existe depuis longtemps.

Elle a par ailleurs souligné que les ministres avaient toujours le droit de posséder une smartphone personnel. La transmission d'informations classifiées n'est permise que via des moyens dédiés, téléphones cryptés ou intranet gouvernemental, indique la note de Matignon.

Quant aux informations sensibles, elles doivent "faire l'objet d'une protection renforcée", dit ce texte, publié par L'Express :

L'utilisation de smartphones du commerce, sans dispositif de sécurité agréé (...) est notamment à proscrire pour transmettre des informations sensibles.

Il déconseille également l'utilisation de messageries électroniques personnelles. La circulaire met par ailleurs en garde les ministères sur la sécurisation de leurs communications à l'étranger, notamment dans les aéroports, les organismes internationaux, les hôtels, les restaurants et les cybercafés.

Le parquet de Paris a ouvert mi-juillet une enquête préliminaire au sujet du programme américain Prism suite au dépôt d'une plainte par deux associations de défense des droits de l'homme.

Le journaliste Jean-Marc Manach, auteur du blog, Bug Brother était l'invité du journal de 18h.

La NSA se vante de pouvoir espionner tous les I-phone, les Androïd, les Blackberry.

Prism
Prism © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.