L'anecdote du jour. Lundi, 15h, conférence de rédaction de France Inter. L'information est donnée par le service politique: à 17H30, François Fillon doit faire une déclaration à Matignon sur la grève. La polémique enfle depuis le début de la matinée. Pourquoi attendre mercredi pour ouvrir des négociations ? Le matin, dans le 7H/10H de Nicolas Demorand, Didier Le reste de la CGT Cheminots et Raymond Soubie conseiller social de Nicolas Sarkozy se renvoient la balle sur le même ton : " Ce n’est pas moi c'est lui " ! L’après midi interrogation assez légitime autour de la table de conférence : et si finalement François Fillon avançait le début des négociations ? Coup de téléphone chez les Confédérations. Question aux syndicats: Pensez-vous que François Fillon pourrait avancer les négociations ? Visiblement, personne n'est au courant de l'initiative du Premier Ministre. Le porte-parole d'un syndicat me fait discrètement passer le message: "Si François Fillon fait cela, ce n'est pas ce qui était convenu". Ainsi, il a donc été "convenu" entre le gouvernement et les syndicats que les négociations ne démarreraient que le mercredi. Didier Le Reste et Raymond Soubie peuvent toujours faire semblant de montrer leur désaccord. Les usagers qui continuent de galérer deux jours supplémentaires apprécieront.....

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.