Le Point
Le Point © radio-france

Le Point accuse Bygmalion, une société de communication fondée par des proches de Jean-François Copé, d'avoir surfacturé des prestations pour l'UMP. Un "tissus de mensonges" selon le numéro un de l'UMP qui annonce qu'il portera plainte.

Bygmalion a été fondée en 2008 par Bastien Millot, qui a été directeur de cabinet de Jean-François Copé à Meaux et Guy Alvès, qui a été son chef de cabinet à Bercy.

Les journalistes du Point voient dans Bygmalion "une puissante machine de guerre conçue par deux proches de Copé pour le servir", une "boîte noire à l'actionnariat aussi opaque que ses comptes.

Les explications de Carine Bécard

La société de communication a engrangé 8 millions d'euros pour l'organisation des meetings de la campagne présidentielle de 2012, écrit le Point. Selon l'hébdomadaire "les frais de traiteur, de retransmission vidéo et d'éclairage atteignaient parfois le double des tarifs habituels".

Ce que Guy Alves, le PDG de Bygmalion explique ou conteste. C'était ce matin sur i> TELE

Quant à Jean-François Copé, Interrogé par i> C'est absolument immonde

Pour le Président de l'UMP, l'enquête du Point est "un coup monté totalement, de manière absolument ignoble. C'est extrêmement grave, c'est un tissu de mensonges. Il n'y a qu'une manière d'y répondre, c'est par la voie des tribunaux".

Pour le député-maire de Meaux, ce "coupe monté" l'a été par le directeur du Point, Frantz-Olivier Giesbert "qui selon lui , "depuis des mois et des mois nous attaque, Nicolas Sarkozy comme moi-même, pour nous détruire".

Jean-François Copé a chargé Me Hervé Temime de porter plainte pour diffamation contre le Point et les deux auteurs de l'article.

Les réactions

Si pour Alain Juppé, maire UMP de Bordeaux le doute ne parait pas subsister : "j'ai entendu Jean-François Copé démentir fermement toutes ces affirmations, dire qu'il saisissait la justice. Je lui fais confiance pour faire valoir sa bonne foi", d'autre ne partagent pas cet avis. C'est le cas du Député UMP de Haute Savoie Lionel Tardy.

Et après ce tweet, Jérôme Lavrilleux, directeur de cabinet de Jean-François Copé, a annoncé sur RMC, que ce député UMP allait lui aussi être poursuivi en justice...

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.