Jean-François Copé
Jean-François Copé © TF1 / TF1

Invité du journal de 20h de TF1, Jean-François Copé s'est exprimé deux jours après le début du psychodrame dimanche soir. Démissionnaire, le (toujours) président de l'UMP a demandé aux Français de ne pas douter de son intégrité.

J'ai découvert tout ça il y a une douzaine de jours quand tout cela a été publié dans Libération.

Pendant une douzaine de minutes, le président démissionnaire de l'UMP a nié avoir été au courant de possibles fausses factures émises par la société Bygmalion pour dissimuler des dépenses de campagne de Sarkozy. Il charge ses anciens collaborateurs affirmant avoir "fait confiance aux personnes dont c'était le métier" et précisant que ni lui, ni Nicolas Sarkozy n'ont été alerté :

Nous étions en campagne, nous n'avons pas suivi cela [...] Le ciel m'est tombé sur la tête, c'est une épreuve personnelle par rapport à des gens à qui j'ai fait confiance.

►►► POUR EN SAVOIR PLUS | UMP, la bombe Bygmalion

Jean-François Copé a affirmé avoir démissionné de son "propre chef." Il se dit très "heureux que la justice soit intervenue vite" et "souhaite que la transparence soit faite."

Jean-François Copé

►►► POUR EN SAVOIR PLUS | Jean-François Copé démissionne

A la fin de l'entretien, Jean-François Copé a laissé entendre qu'il y aura un avant et après "Affaire Bygmalion" sans préciser les contours de son avenir politique :

Une page se tourne, je ferai de la politique autrement.

L'affaire Bygmalion
L'affaire Bygmalion © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.