Emmanuel Macron a annoncé lundi soir le déploiement d'un hôpital de campagne militaire en Alsace pour venir en aide aux hôpitaux de la région Grand Est, débordés par l'épidémie du coronavirus.

Le chef de l'État a annoncé des mesures pour soulager les services de réanimations saturés de la région Grand est
Le chef de l'État a annoncé des mesures pour soulager les services de réanimations saturés de la région Grand est © Maxppp / Jean-Marc LOOS

Le chef du service des urgences de Mulhouse l'expliquait lundi à la mi-journée sur France Inter : dans la région Grand Est, qui est actuellement la région la plus touchée de France par le coronavirus, "toutes les capacités de réanimation dans le département du Haut-Rhin et progressivement, dans le département du Bas-Rhin et les départements avoisinants sont saturées".

En réponse à cette urgence, le chef de l'État a annoncé le déploiement en Alsace d'un "hôpital de campagne du service de santé des armées" "dans les jours à venir". Cet hôpital de campagne va permettre, selon le ministre de la Santé Olivier Véran, "d'accueillir une trentaine de malades dans des conditions de réanimation, à côté des hôpitaux, de manière à renforcer nos capacités".

Le président a également annoncé "le concours" des armées pour "déplacer les malades des régions les plus affectées" et "ainsi réduire la congestion des hôpitaux de certains territoires". Un "train sanitaire" devrait permettre de "transporter demain [mardi] un certain nombre de malades qui sont dans un état sévère, a précisé Olivier Véran, de manière à permettre de libérer de la place dans les réanimations et permettre aux équipes sur place de faire face à l'afflux continu de nouveau malade".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.