Le Premier ministre a pris la parole ce vendredi soir depuis l'Élysée, afin d'annoncer de nouvelles restrictions - notamment la fermeture des frontières avec les pays extérieurs à l'UE - mais pas de troisième confinement.

Le Premier ministre Jean Castex lors de sa prise de parole, ce vendredi 29 janvier
Le Premier ministre Jean Castex lors de sa prise de parole, ce vendredi 29 janvier ©

Il n'y aura pas, dans l'immédiat, de troisième confinement. La mesure était redoutée : l'exécutif a décidé de temporiser. "Nous pouvons nous donner encore une chance de l'éviter", a déclaré Jean Castex depuis l'Élysée ce vendredi 29 janvier à l'issue d'un conseil de défense. "Les prochains jours seront déterminants", a prévenu le Premier ministre, en annonçant de nouvelles restrictions afin d'endiguer la propagation du virus. Voici ce qu'il faut en retenir : 

  • Fermeture des frontières aux pays extérieurs à l'UE, sauf  "motif impérieux" - À compter de dimanche minuit, toute entrée et sortie de France à destination ou en provenance d'un pays extérieur à l'Union européenne sera interdite, a déclaré Jean Castex. Pour ce qui est de la circulation depuis ou vers un pays membre de l'UE, un test PCR sera réclamé aux voyageurs, à l'exception des transfrontaliers. La mesure s'applique désormais au transport terrestre, en plus du transport maritime et aérien ; 
  • Fermeture des centres commerciaux de plus de 20 000 mètres carrés dès dimanche - Par ailleurs dès lundi, "les jauges seront renforcées dans toutes les grandes surfaces", a indiqué le chef du gouvernement ;
  • Renforcement du télétravail ;
  • Mobilisation des policiers et gendarmes pour faire respecter les mesures de restriction - Le Premier ministre a pointé du doigt les fêtes clandestines et les restaurants ouverts en toute illégalité. "Les dérives de quelques uns ne sauraient ruiner les efforts de tous", a-t-il martelé.

Jean Castex a par ailleurs précisé qu'à ce jour, près d'un million et demi de Français avaient reçu la première injonction du vaccin.