"Vous voyez bien quand même qu'il y a quelque chose qui se passe", remarque le Premier ministre qui en appelle à la "responsabilité" de chacun face au coronavirus.

Jean Castex, chef du gouvernement français, est l'invité exceptionnel de la matinale de France Inter, mercredi 26 août 2020.
Jean Castex, chef du gouvernement français, est l'invité exceptionnel de la matinale de France Inter, mercredi 26 août 2020. © Radio France / France Inter

"Nous constatons, partout en Europe, une reprise de la circulation virale", a estimé Jean Castex, invité exceptionnel de France Inter mercredi, au sujet de la remontée du nombre de cas de coronavirus en France. Le premier ministre se veut toutefois rassurant : "Il n'y a pas de quoi s'affoler. On n'est pas revenus à la situation (...) du mois d'avril ou du mois de mai." Le chef du gouvernement souligne toutefois "qu'il y avait encore il y a quelques semaines, 1 000 cas par jour qui étaient diagnostiqués" et qu'on est aujourd'hui "autour de 3 000".

"Vous voyez bien quand même qu'il y a quelque chose qui se passe." 

"Le critère le plus décisif, le plus lourd, qui sont les admissions en réanimation, progresse mais extrêmement légèrement", a encore précisé le Premier ministre. 

Par ailleurs, "aucun élément en ma possession ne me permet de vous dire que [le virus] a baissé en virulence", a indiqué Jean Castex. "Donc nous devons prendre des mesures. Nous ne baissons pas la garde. Le virus est là, mais la vie doit être plus forte."

Castex en appelle à la "responsabilité" de chacun

"La philosophie d'action du gouvernement que je dirige, c'est une formule : vivre avec le virus", a continué Jean Castex. "Vivre, cela veut dire que nous allons tout faire pour que les Français reprennent le travail normalement, reprennent l'école normalement, reprennent leur vie sociale, culturelle le plus normalement possible, bien sûr en se protégeant."   

Mais pour cela, le chef du gouvernement en appelle à "l'esprit de responsabilité" à propos du port du masque, concédant toutefois que cela pouvait être "pénible" parfois. "Je n'ai jamais cru que l'État pouvait tout faire, il a sa part de responsabilité (...) mais il faut que tout le monde se sente concerné par la lutte contre l'épidémie." 

"Nous avons envisagé toutes les hypothèses", mais le reconfinement "n'est pas un objectif", a-t-il encore précisé. À l'occasion de cet entretien, Jean Castex a également précisé les règles sanitaires dans les lieux culturels et les aides apportées au secteur et annoncé 550 emplois supplémentaires pour la justice en 2021

Il a d'autre part jugé que le télétravail devait devenir un "fait de société".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.