Face aux critiques de l'ambassade d'Ukraine en France, le député LR Thierry Mariani assume son voyage en Crimée. "La Crimée est russe, passons à autre chose" a-t-il déclaré.

La délégation parlementaire française a donné une conférence de presse à Moscou, au siège de l'agence de presse TASS
La délégation parlementaire française a donné une conférence de presse à Moscou, au siège de l'agence de presse TASS © Maxppp / Sergei Chirikov

"Impudeur absolue". C'est par ces mots qu'a réagi l'ambassade d'Ukraine en France au voyage de 11 parlementaires français en Crimée. La province ukrainienne est repassée sous domination russe le 16 mars 2014 par le biais d'un référendum contesté par une grande partie de la communauté internationale.

Mais pas par le député Thierry Mariani (Les Républicains), qui conduisait la délégation parlementaire . "La Crimée a choisi de redevenir russe, la Crimée est russe, passons à autre chose et essayons de retrouver des relations normales entre les pays européens et la Russie", a-t-il notamment déclaré lors d'une conférence de presse retransmise à la télévision. "J'ai trouvé une région qui changeait, les routes sont meilleures que l'année dernière, et je regrette qu'il n'y ait pas plus de journalistes occidentaux qui viennent voir que pour un pays qu'on dit occupé, les gens ont un air joyeux", a-t-il poursuivi.

"Si on arrête avec l'hypocrisie ambiante, chacun sait que la Crimée est russe"

Une visite condamnée par le ministère ukrainien des Affaires étrangères, qui parle d'un voyage qui "viole la législation ukrainienne et le droit international". De son côté, l'ambassadeur d'Ukraine en France, Oleg Chamchour, a dénoncé sur Twitter "l'impudeur absolue de ces parlementaires français exhibant leur fascination pour les agresseurs russes".

Face à la polémique, notamment sur les réseaux sociaux, où Thierry Mariani est régulièrement attaqué pour son soutien affiché au régime de Moscou, ce dernier enfonce le clou : "Les autorités ukrainiennes défendent leur position, c'est tout à fait normal. Mais si on arrête avec l'hypocrisie ambiante, chacun sait très bien qu'historiquement, socialement, culturellement, la Crimée est russe. J'invite tous les journalistes français à se rendre dans cette région, [ou vit] une population qui a choisi par référendum d'être rattachée à la Russie. Il faut être honnête, ce référendum n'a pas été organisé dans les conditions habituelles, il y a eu de la précipitation. Mais à partir du moment où il y a un choix d'une majorité, la minorité se plie à ce choix ; c'est la démocratie. Je suis un parlementaire français, j'ai ma liberté d'expression et d'opinion, et je continuerai à l'avoir."

Thierry Mariani, déjà lui, avait crée la polémique au mois de mars, en effectuant un voyage en Syrie pour rencontrer Bachar el-Assad.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.