Durcissement du couvre-feu ? Confinement ? Crise sanitaire oblige, le président de la République convoque un conseil de défense mardi et mercredi et le Premier ministre va rencontrer mardi les chefs des principaux partis, les présidents des assemblées et les partenaires sociaux.

Macron convoque deux conseils de défense. Castex réunit les chefs de partis
Macron convoque deux conseils de défense. Castex réunit les chefs de partis © Maxppp / Kamil ZIHNIOGLU / POOL/EPA/Newscom/

Le président de la République Emmanuel Macron a décidé de convoquer un conseil de défense mardi et mercredi pour prendre de nouvelles décisions pour contrer la flambée de Covid dans le pays. Le premier ministre va quant à lui réunir mardi les chefs des principaux partis et les partenaires sociaux pour évoquer avec eux la crise sanitaire en France, selon nos informations. 

Le président de la République réunira "un conseil restreint de défense et de sécurité nationale Covid-19" mardi matin pour "poser le diagnostic", explique la présidence. L'Élysée avait annoncé ce lundi le report d'un déplacement que le président de la République, Emmanuel Macron, devait faire mardi au Creusot sur le nucléaire civil et militaire "en raison du contexte sanitaire".

Les chefs de partis, les présidents des assemblées et les partenaires sociaux

À l'issue du conseil de défense de mardi matin, le premier ministre va "consulter" les chefs de partis, les présidents des groupes parlementaires et les présidents des principales associations d'élus de 17H30 à 19H30. Il rencontrera les partenaires sociaux à partir de 19H30, selon nos informations. "S'ils changent de braquet aussi rapidement, c'est que le couvre-feu ne suffit pas", prédit déjà l'un des participants.  

Sur Twitter, le président (LR) de la région Grand Est, Jean Rottner, a "salué" cette décision :

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Et puis troisième temps, mercredi matin, nouveau Conseil de défense, cette fois pour acter les décisions. C'est la première fois depuis le début de la crise que le président convoque deux Conseil de défense consécutifs. Un nouveau durcissement paraît inéluctable. "Regardez les chiffres et les décisions prises par nos voisins... Les faits parlent plus que les interprétations", nous dit ce lundi soir un proche d'Emmanuel Macron.

La France impose depuis une dizaine de jours un couvre-feu, étendu à d'autres départements depuis ce week-end, qui interdit de sortir entre 21H00 et 06H00, ce qui en fait l'un des plus stricts d'Europe. Mais une flambée du nombre des cas de Covid dans le pays va obliger les autorités à prendre des mesures encore plus strictes.

Quelles mesures envisagées ?

1. Avancer l'horaire du couvre-feu. Plusieurs épidémiologistes plaident pour un couvre-feu à partir de 19 heures en semaine, plus un confinement le week-end. Le ministère de la Santé ne confirme pas cette hypothèse.

2. Un nouveau confinement dans les métropoles où le virus est hors de contrôle. Il faudrait ensuite déterminer si l'on ferme ou non les écoles, si l'on impose le télétravail, si l'on autorise certaines entreprises dites non-essentielles poursuivre leur activité, etc. 

Mais rien n'est encore tranché. "Pour toutes ces décisions, il faut chercher le point d'équilibre, avertit un conseiller gouvernemental, car notre principal problème ne sera bientôt plus sanitaire mais économique et social".

Une nouvelle conférence de presse du Premier ministre est prévue jeudi, comme chaque semaine désormais. Selon nos informations, elle est en suspens.

Une deuxième vague brutale

La France a établi un nouveau triste record quotidien avec plus de 52.000 cas supplémentaires de Covid-19. La perspective d'un nouveau confinement y prend corps face à une deuxième vague "brutale" qui pourrait même être "plus forte que la première", s'est alarmé Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique qui guide le gouvernement.