En visite officielle à Cuba, le Président français a rencontré lundi soir l'ancien président Fidel Castro. A l'issue de la rencontre, François Hollande a salué devant la communauté française un "moment d'Histoire, l'Histoire de Cuba, l'Histoire du monde" .

Premier chef d'Etat occidental à se rendre à La Havane depuis le dégel des relations américano-cubaines, François Hollande a plaidé pour la levée de l'embargo économique américain, qui selon lui "a tant nui" au développement de l'île communiste depuis 1962. Lors d'un discours à l'Université de La Havane, il a aussi appelé Cuba à assouplir les "règles" pour faciliter les échanges et l'implantation d'entreprises françaises dans l'île.

En fin de journée, le président socialiste a révélé avoir rencontré un peu plus tôt le père de la Révolution cubaine Fidel Castro, 88 ans, privilège rare pour un chef d'Etat occidental. L'entrevue à huis clos a duré environ 50 minutes selon l'Elysée.

Le leader Maximo a beaucoup parlé, selon François Hollande :

J'avais devant moi un homme qui a fait l'histoire. Il y a forcément débat sur ce qui a pu être sa place, ses responsabilités, mais venant à Cuba je voulais rencontrer Fidel Castro ... et aller vers lui comme lui voulait aller vers la France.

0'43

Hollande rencontre Fidel

Toujours selon le Président Français, Fidel castro a évoqué la conférence sur le climat.

François Hollande a ensuite rencontré le frère et son homologue Raul Castro, qui a succédé à Fidel en 2006. Raoul Castro a aussi "souligné l'idée que la France peut avoir un rôle de premier plan dans la relation entre Cuba et l'UE.

Bain de foule mais pas de dissidents au programme

Lundi matin, le premier geste de François Hollande aura été de remettre la légion d'honneur au cardinal Jaime Ortega, qui a notamment joué un rôle de médiation pour favoriser la libération de prisonniers politiques en 2010, mais le président français n'aura pas rencontré de dissidents aucours de ce déplacement.

Au milieu de sa visite, François Hollande a improvisé une promenade sur le Prado, une des avenues les plus anciennes de La Havane entouré de nombreux Cubains venus le saluer et prendre des photos sous l'oeil vigilant d'un double cordon de sécurité cubain et français.

Bienq ue Hollande affirmé vouloir surtout aider Cuba dans son développement, la France, dixième partenaire économique de l'île, veut aussi profiter de cette visite pour ne pas laisser passer le train de l'ouverture économique. Plusieurs contrats avec des entreprises françaises (Accor, CMA CGM...) ont été signés à cette occasion,.

Après Saint-Barthélemy, Saint-Martin, la Martinique, la Guadeloupe et Cuba, la tournée de cinq jours de François Hollande se poursuit mardi en Haïti.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.