Dalil Boubakeur
Dalil Boubakeur © MaxPPP / Christophe Petit Tesson

Le Vatican a demandé mardi aux responsables musulmans de condamner "sans aucune ambiguïté" la barbarie" des jihadistes de l'Etat islamique en Irak, qu'"aucune cause, et sûrement pas une religion, ne saurait justifier". Le recteur de la Mosquée de Paris répond.

Le Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux souligne, dans un communiqué, que la situation dramatique des chrétiens, des membres de la communauté yazidie et d'autres communautés religieuses et ethniques minoritaires en Irak exige "une prise de position claire et courageuse de la part des responsables religieux, surtout musulmans".

Pour le Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux :

Tous doivent condamner de manière unanime et sans ambiguïté ces crimes et dénoncer l'utilisation qui est faite de la religion pour les justifier. Il en va de la crédibilité des religions, de leurs adeptes et de leurs chefs.

En écho à l'appel du Vatican, le grand mufti Chawki Allam, qui représente la plus haute autorité religieuse égyptienne a qualifié mardi l'Etat islamique d'organisation corrompue et extrémiste qui porte préjudice à l'islam :

Un groupe extrémiste et sanguinaire comme celui-ci est un danger pour l'islam et les musulmans, ternissant leur image, versant le sang et propageant la corruption.

Dalil Boubakeur demande aux Musulmans de ne pas se taire

Pour le Président du Conseil français du culte musulman, on n’a pas assez entendu de condamnations fermes après les exactions d’Al quaida.

Dalil Boubaker, le recteur de la Mosquée de Paris, répond à Thibault Lefevre

Je souhaite que les pays musulmans sortent de leur réserve et de leur froideur

Derniers articles

Monde

Alep : qui va bouger ?

mardi 27 septembre 2016
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.