Dalil Boubakeur et Roger Cukierman reçus ensemble par François Hollande
Dalil Boubakeur et Roger Cukierman reçus ensemble par François Hollande © REUTERS/Christophe Petit Tesson et Philippe Wojazer

Après la polémique née des propos de Roger Cukierman, lundi qui ont provoqué la colère de Dalil Boubakeur, François Hollande a décidé de recevoir ensemble à l'Elysée les présidents du Crif et du Conseil français du culte musulma.Le chef de l'Etat a expliqué qu'il voulait "rassembler les Français" et faire en sorte "qu'il n'y ait aucun doute sur notre volonté commune de lutter ensemble contre le racisme, contre l'antisémitisme" au lendemain de la querelle entre Dalil Boubakeur et Roger Cukierman.

Le problème est né des déclarations du Président du Crif lundi, à quelques heures du dîner annuel du Conseil. Après avoir tenu des propos ambigus - retirés depuis - sur Marine Le Pen, qualifiée d'"irréprochable personnellement", Roger Cukierman a prétenu que les jeunes musulmans étaient, selon lui, les auteurs de "toutes les violences" qu ont touché récemment les juifs.

Indigné par la stigmatisation des jeunes musulmans, le président du CFCM a préféré boycotter le dîner.

Après la réunion, Dalil Boubakeur à déclaré à la presse :

Nous avons voulu apporter l'apaisement nécessaire afin que les fidèles de nos deux communautés puissent à nouveau partager le principe de la convivialité et du vivre-ensemble.

Il a cependant souligné la "peine des musulmans de France qui ont souffert des mots prononcés".

De son coté, Roger Cukierman a déclaré :

Nous savons l'un et l'autre que nous sommes sur le même bateau, nous sommes tous des citoyens de la Nation Française et combattosn les même maux : racisme et antisémitisme .

Lui aussi a souligné la souffrance de la communauté juive durant les attentats de Paris, "commis par des hommes sans doute complètement détournés des valeurs réelles du Coran".

Flambée des actes antisémites et islamophones

Les actes antisémites ont doublé l'an dernier par rapport à 2014. Et la communautée est toujours sous le choc des morts de janvier à Paris et devant la synagogue de Copenhague le 14 février.

La France, qui abrite la première communauté juive d'Europe (un demi-million de membres) a vu le nombre de candidats à l'émigration vers Israël plus que tripler depuis 2012 alors que le Premier ministre Israëlien Benjamin Netanyahu a, au grand dam des autorités françaises, exhortée à nouveau les juifs français et européens à rejoindre leur "foyer", Israël.

Il y a eu 176 actes islamophobes au mois de janvier, soit plus que pour toute l’année 2014. L'islamophobie n'a donc jamais été aussi forte en France. Depuis les attentats de Charlie Hebdo, les tensions sont fortes et une partie de la communauté musulmane de France dénonce des insultes dans la rue, des menaces sur Internet mais aussi des actes beaucoup plus graves.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.