Candidate en 2020 à la mairie de Paris, et si Rachida Dati représentait la droite en 2022 ? Interrogée dans le cadre d’un portrait, publié dans le journal anglais The Times, sur ses projets pour les deux années a venir, elle répond en tout cas sans grande ambiguïté : "Gagner l’élection présidentielle".

Rachida Dati, ex ministre sarkozyste, estime pouvoir mener la bataille présidentielle
Rachida Dati, ex ministre sarkozyste, estime pouvoir mener la bataille présidentielle © Radio France / Nathanael Charbonnier

"Now, I want to be president". Voilà comment le journal anglais "The Times" titre aujourd'hui un portrait de Rachida Dati, alimenté par un entretien réalisé il y a une dizaine de jours. 

Entretien dans lequel l'ex-garde des Sceaux affiche son ambition : "Gagner la présidentielle de 2022." Cette bataille, ajoute t-elle, "je pourrais la mener".

Des déclarations assez surprenantes de la part de Rachida Dati, qui début septembre, faisait l'éloge de Xavier Bertrand, celui qui disait-elle "a le plus faim à droite." 

On la croyait donc acquise au patron des Hauts-de-France, mais c'est peut-être mal connaître l'ancienne candidate à la mairie de Paris, dont "l'ambition fait le charme" sourit un élu. "C'est une adepte des coups médiatiques, une femme au culot monstre" commente un autre.

Pourquoi pas elle?

Pour son entourage, Rachida Dati, assume totalement cet entretien. "Pourquoi pas elle? Elle a la légitimité". 

Un proche décrypte : "Elle veut surtout prouver que la droite n'est pas morte, qu'il y a des talents, et qu'il y aura bien un candidat ou une candidate face a Emmanuel Macron". Et cela à l'heure ou certains sont tentés de faire faux bond aux LR, comme le maire de Nice Christian Estrosi, qui a appelé sa famille a sceller un accord avec les "marcheurs". 

Accélérer le calendrier

Rachida Dati a aussi un autre dessein. Accélérer le calendrier, c'est-à-dire ne pas attendre les résultats des élections régionales pour départager les candidats comme le souhaite la direction du parti. "La nature a horreur du vide" aime t-elle souligner. 

Un coup de pression qui intervient en tout cas à point nommé, à deux jours d'un tête a tête entre le président des Républicains Christian Jacob et Xavier Bertrand, le premier depuis trois ans. Nul doute que ce portrait du Times orientera les discussions. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.