[scald=224081:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Le comité de "sages" chargé de veiller au respect des statuts du Medef a recommandé lundi un changement de statuts qui permettra, s'il est adopté, à la présidente de l'organisation patronale de solliciter un nouveau mandat.

Ce Comité statutaire de sept membres avait été saisi par Laurence Parisot, qui souhaite se maintenir à la tête de l'organisation patronale française au-delà du terme prévu pour son second mandat, début juillet, au grand dam de ses rivaux.

Actuellement, les statuts du Medef prévoient que le président de l'organisation est élu pour cinq ans et que son mandat ne peut être renouvelé qu'une fois pour trois ans. Le mandat de Laurence Parisot s'arrête donc en principe en juillet.

Le Comité statutaire recommande à l'unanimité que le mandat du président du Medef soit désormais systématiquement de cinq ans et que le président sortant puisse se représenter à toute élection, sans limitation du nombre de mandats.

"S'il est bon, il est réélu, s'il n'est pas bon, il est viré, c'est tout. On choisit le meilleur", a résumé devant la presse le président du comité, Georges Drouin, après avoir présenté l'avis de cette instance au Conseil exécutif du Medef.

Ce Conseil exécutif, qui fixe la politique générale de l'organisation, compte 45 membres élus par l'Assemblée générale du mouvement, dont au moins trois quarts d'entrepreneurs en activité, et se réunit une fois par mois.

Il se prononcera le 28 mars sur les propositions du Comité statutaire, a précisé Georges Drouin.

Pour que les nouveaux statuts entrent en vigueur, il faudra encore que l'Assemblée générale du Medef les vote à la majorité des deux tiers lors d'une réunion extraordinaire, qui devrait intervenir fin avril.

Emmanuel Jarry, édité par Gilles Trequesser

Mots-clés :

Derniers articles


Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.