Le débat Fillon-Juppé de l'entre-deux-tours de la primaire de la droite a fait réagir les internautes mais la classe politique reste plutôt silencieuse, à quelques exceptions près.

Fillon/Juppé : dernier débat avant le deuxième tour
Fillon/Juppé : dernier débat avant le deuxième tour © AFP / ERIC FEFERBERG / POOL

Le dernier débat Juppé-Fillon avant le deuxième tour de la primaire de la droite et du centre dimanche a réuni quelque 8,5 millions de téléspectateurs. A noter de nombreuses réactions tout au long de la soirée via les réseaux sociaux, mais des réactions d'hommes politiques plutôt parcellaires.

Les candidats analysent leur prestation

Alain Juppé s'est présenté vendredi comme le candidat "libéral-social" face à "l'hyperlibéral" François Fillon, à deux jours du second tour de la primaire de la droite.

François Fillon s'est félicité vendredi d'avoir eu un débat "digne" avec Alain Juppé, dont les critiques ont été "contre-productives pour lui-même" et pour "la droite et le centre".

Hollande réagit

François Hollande a exprimé ce vendredi son opposition à la construction d'une "histoire officielle, un récit national, un roman", et a appelé à manier les "référendums" avec "prudence" et "retenue", en allusion à des propositions de François Fillon.

Les socialistes ne sont pas nombreux à réagir, mais le premier secrétaire du Parti ne s'est pas privé de le faire :

Les critiques de François Fillon sur les programmes scolaires d'histoire relèvent d'un "écran de fumée" pour "éviter de parler des vraies questions sur les enjeux de l'école", a estimé vendredi la ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem.

Fillon s'est indigné lors du débat de l'absence selon lui de plusieurs personnages historiques dans les programmes d'histoire.

Pour la ministre de l'Education nationale, "le débat sur les programmes est intéressant, qu'il s'agisse des Gaulois hier avec Sarkozy, et maintenant de Clovis avec François Fillon", a-t-elle dit vendredi .

Jeanne d'Arc, Clovis, Voltaire ou Rousseau sont évidemment bien présents dans les nouveaux programmes et les nouveaux manuels selon la ministre.

Si monsieur Fillon a un problème avec tel ou tel manuel qui lui paraît trop à gauche, je l'invite à s'adresser à son éditeur et à lui expliquer comment il doit faire son métier. Najat Vallaud-Belkacem

A droite

Ce vendredi matin, à droite, certains soutiens à l'un des deux candidats ont réagi sur Twitter, à l'image de Laurent Wauquiez, soutien de Fillon, via une interview accordée à La Provence :

La droite a gagné vingt-cinq ans en maturité, estime Luc Chatel qui, comme la quasi-totalité des soutiens de Nicolas Sarkozy, a rallié François Fillon

De son coté, Hervé Mariton , soutien d'Alain Juppé, juge que le débat a "permis de souligner le caractère opérationnel du projet de Fillon".

Pour Virginie Calmels, première adjointe du maire de Bordeaux et soutien d'Alain Juppé, le débat "peut être de nature à changer la donne".

De son côté, l'ancien ministre Jean Arthuis, UDI, soutien d'Emmanuel Macron, rejoint de nombreux analystes et internautes sur l'absence de débat sur l'Europe jeudi soir :

Le Front National reste sur l'un de ses thèmes favoris, la lutte contre l'immigration :

La presse salue la bonne tenue du débat

Après une semaine de violentes polémiques, où l'on a cru un moment qu'ils n'appartenaient plus au même camp, le débat entre François Fillon et Alain Juppé aura permis d'apaiser les tensions (Le Figaro).

"François Fillon et Alain Juppé ont privilégié le fond... avec de petites tensions", titre Le Parisien/Aujourd'hui en France.

Après avoir joué les tontons flingueurs tout au long de la semaine afin de faire de son adversaire un épouvantail pour les centristes et les électeurs de gauche, Alain Juppé avait rangé la sulfateuse (Les Dernières Nouvelles d'Alsace).

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.