François de Rugy a finalement démissionné ce mardi 16 juillet, suite aux révélations du site d'investigation, Mediapart, qu'il attaque en diffamation. Un journal qui a déjà épinglé plusieurs autres personnalités politiques, parfois jusqu'au départ contraint et forcé.

Mediapart a fait démissionner de nombreuses personnalités politiques depuis sa création
Mediapart a fait démissionner de nombreuses personnalités politiques depuis sa création © AFP / Lionel BONAVENTURE

Depuis sa création en 2008, le site Mediapart a réussi à épingler de nombreuses personnalités publiques et politiques, dont des membres du gouvernement. Retour sur toutes les démissions qui ont suivi des révélations du pure player.

2018 : Laura Flessel, des raisons personnelles qui se transforment en raisons fiscales

Après 16 mois au gouvernement la ministre des Sports, nommée par Édouard Philippe, est contrainte de démissionner invoquant des “raisons personnelles”. Mais Mediapart n’a pas la même version. Pour le pure player, cette décision est liée à "une possible plainte pénale pour fraude”. L’ancienne championne d’escrime n’aurait pas déclaré la totalité des revenus de sa société de droit à l’image “Flessel & co”.

2016 : Denis Baupin, accusé d'agressions sexuelles

Le vice-président de l’Assemblée de 2012 à 2016 est accusé par Mediapart et France Inter de harcèlement et d’agressions sexuelles sur plusieurs élues écologistes. Des accusations qu'il conteste mais qui le pousseront à démissionner. Il restera cependant député de la 10ème circonscription de Paris jusqu’à la fin de son mandat. L'enquête est classée sans suite pour prescription, en revanche Denis Baupin a perdu son procès en diffamation contre les médias et les femmes qui l'accusaient.

2014 : Thomas Thévenoud, sa “phobie administrative” le fait fuir 

Le secrétaire d’État au Commerce extérieur aura battu des records. Nommé à ce poste par Manuel Valls en 2014, Thomas Thévenoud démissionne après seulement neuf jours en poste, invoquant des “raisons personnelles”. Le journal révèle que le secrétaire d’État ne déclarait pas ses revenus et ne payait pas ses impôts depuis plusieurs années pour cause de "phobie administrative”.

2014 : Aquilino Morelle et ses souliers de luxe

Le conseiller politique de François Hollande à l’Élysée de 2012 à 2014  a été contraint de démissionner 24h après avoir été accusé de conflits d’intérêts. D’après Mediapart, il aurait conseillé des laboratoires pharmaceutiques danois alors qu’il travaillait pour l’Inspection générale des affaires sociales. Mais ce ne sont pas les seules raisons. L'homme avait aussi des goûts de luxe et faisait réserver une salle à l'hôtel de Marigny spécialement pour faire cirer ses chaussures.

2013 : Jérôme Cahuzac et son compte caché en Suisse

Jérôme Cahuzac est resté ministre délégué au Budget pendant près de dix mois (2012-2013) sous le gouvernement Ayrault avant de se faire épingler par le site Mediapart pour détention d’un compte en Suisse. Jérôme Cahuzac commence par nier totalement les faits qu’il considère diffamatoires. Après trois mois de scandales et l'ouverture d’une information judiciaire pour “blanchiment de fraude fiscale” par le parquet de Paris, Jérôme Cahuzac annonce sa démission.

2010 : Alain Joyandet, un voyage en jet pour 100 000 euros

Secrétaire d’État à la Coopération et à la Francophonie de 2008 à 2010 sous le gouvernement Fillon II, Alain Joyandet a utilisé un jet privé pour aller à une conférence internationale à la Martinique, d'après le média. Cet aller-retour aurait coûté plus de 100 000 euros au gouvernement. Quelques mois plus tard, avec les accusations de Mediapart et des révélations du Canard Enchaîné sur des permis de construire illégaux, il est poussé à la sortie.

2010 : Eric Woerth et l’Affaire Bettencourt 

Alors ministre du Travail sous le gouvernement Fillon II, Eric Woerth est impliqué dans l’Affaire Bettencourt. Mediapart révèle des enregistrements clandestins au domicile de Liliane Bettencourt qui laissent paraître des conflits d’intérêts entre la femme du ministre et la riche héritière. Il aurait aussi fermé les yeux sur une fraude fiscale de Liliane Bettencourt. Gêné par toutes ces révélations, François Fillon évincera Eric Woerth de son nouveau gouvernement après un remaniement.

POUR EN SAVOIR PLUS :

Cette fois, François de Rugy démissionne du gouvernement

Démission de François de Rugy : Écologie, le ministère amer

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.