l'ump contre un éventuel report des élections régionales et départementales
l'ump contre un éventuel report des élections régionales et départementales © reuters

Selon un sondage Ipsos pour Radio France, France Télévisions et LCP/Public Sénat et Sopra Steria, le FN perd des intentions de vote au profit des candidats investis ou soutenus par l'UMP. Les électeurs du Front de Gauche et d'EELV sont les plus indécis.

À quel point êtes-vous sûr de votre vote dimanche prochain ? La question embarrasse une bonne partie des personnes interrogées. Seuls 68 % se disent certains du bulletin qu'ils glisseront dans l'urne, un chiffre qui tombe à 57 % chez les sympathisants FG/EELV. À l'inverse, c'est au Front national que reviennent les électeurs les moins indécis : 86 % se disent sûrs de leur choix.

► ► ► DOCUMENT | Lire l'intégralité des résultats du sondage ici (PDF)

Ils sont pourtant un peu moins nombreux qu'auparavant. Le Front national, qui depuis peu dépassait d'une courte tête ses rivaux de l'UMP, repasse derrière les candidats de droite. Le sondage (qui a recueilli les intentions de vote pour les candidats des cantons et pas uniquement leur couleur politique) donne 34 % des suffrages aux candidats UMP, UDI ou divers droite. Le Front national est juste derrière, avec 29 %. Les candidats PS, PRG et divers gauche recueilleraient 26 % des votes. Loin derrière, on trouve le Front de Gauche (7 %), Europe Écologie - Les Verts (2 %) et le Modem et l'Union centriste (0,5 %).

Des enjeux nationaux en tête

Autre tendance importante : la volonté d'aller voter moins pour un candidat ou un parti que contre François Hollande. Près de la moitié des personnes interrogées qui comptent aller voter disent vouloir utiliser leur bulletin pour dire leur opposition au président de la République. Ils n'étaient que 34 % à avoir ce point de vue lors des municipales et des européennes l'an dernier. Pour 44 % d'entre eux (contre 23 % en 2014), ce scrutin départemental se jouera moins sur des enjeux locaux que nationaux.

Enfin la victoire du Front national, quel que soit le résultat du vote, se joue déjà sur le terrain des idées. Près d'un tiers des personnes interrogées (29 %) se disent convaincues par la totalité ou la majorité des propositions du FN. Seuls 39 % les rejettent massivement, et plus de la moitié des électeurs du FN disent avoir fait leur choix par adhésion et pas pour sanctionner le gouvernement.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.