Deuxième tour des départementales ce dimanche.
Deuxième tour des départementales ce dimanche. © PhotoPQR/Le Télégramme

C'était jusqu'ici l'assemblée la plus masculine de la République. Ce dimanche soir, le conseil départemental deviendra l'assemblée la plus paritaire, grâce à l'élection de binômes homme-femme. Une égalité de façade ?

Aujourd'hui les femmes représentent moins de 18% des élus départementaux. Elles étaient 717 conseillères générales, elles seront ce soir plus de 2.000 conseillères départementales. Pour les défensuers de la parité, le progrès est majeur mais encore insuffisant. Car jeudi prochain, lorsque les assemblées éliront leur président et vice-présidents, peu de femmes remporteront ce fameux "troisième tour".

► ► ► CONSULTER | Les résultats du premier tour

"Schizophrénie démocratique"

Pour ces postes exécutifs, la loi n'impose en effet aucune parité. Pour la présidente du Haut conseil à l'égalité entre les hommes et les femmes, Danielle Bousquet, les femmes risquent d'être une nouvelle fois éloignées du pouvoir départemental :

Aujourd'hui, il y a six femmes présidentes de conseils généraux sur 101 conseils généraux. Donc on risque, la semaine prochaine, d'être dans une véritable schizophrénie démocratique si nous avons des assemblées paritaires dirigées exclusivement par des hommes. Il faut aller plus loin !

Le constat est identique dans les régions et les villes, avec des assemblées à peu près paritaires. Pourtant, une seule région est dirigée par un femme. Et plus de huit maires sur dix sont des hommes.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Les départementales, ce scrutin historique qui n'en a pas l'air

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.