Elections départementales MEA
Elections départementales MEA © PhotoPQR/L'Alsace

Selon les estimations Ipsos pour Radio France, l'UMP dirigerait désormais de 65 à 68 départements, contre 32 à 35 pour la gauche. Le Front national manque de peu la prise d'un département, le Vaucluse.

C'est Marion Maréchal-Le Pen, elle-même députée du Vaucluse, qui l'a annoncé : le Front national ne prend pas son département, même si elle assure que le FN y est "le premier parti en terme de nombre de voix".

Car c'est globalement une vague UMP qui a balayé ce second tour des départementales , une vague qui a pris au PS environ la moitié des départements qu'il dirigeait.

La défaite la plus symbolique pour le PS vient du Limousin : le département de la Corrèze, celui du président de la République, passe à droite ce soir. Tout comme les Côtes-d'Armor, les Deux-Sèvres, le Nord ou encore la Seine-Maritime. Une surprise à noter : la Lozère, seul département à changer de couleur en passant de la drotie à la gauche.

► ► ► CONSULTER | Les résultats sur notre carte interactive, canton par canton

La participation avait été de 50,17 % pour la France entière au premier tour,elle est cette fois de 49,8 % , selon Ipsos / Sopra Steria. Une abstention très similaire donc.

Gaël Sliman est le président de l'Institut de sondage Odoxa. Il livre son analyse à Claire Servajean.

Une volonté de sanctionner la gauche au pouvoir.

Réactions : on jubile à droite, on s'inquiète à gauche

Pour le Premier ministre Manuel Valls, le "front républicain" a fonctionné... mais la montée du FN reste inquiétante

Les appels à la mobilisation républicaine ont été entendus, je me suis beaucoup impliqué pour cela avec tant d'autres. Mais les scores très élevés, beaucoup trop élevés de l'extrême droite restent un défi pour tous les républicains. C'est la marque d'un bouleversement durable de notre paysage politique dont chacun devra tirer les leçons.

Martine Aubry évoque elle un "vote de protestation par rapport à la politique nationale" et réclame une union de la gauche basée sur "un accord sur le fond".

Et maintenant à gauche ? Des frondeurs demandent un changement d'orientation politique, des Verts une inflexion... La synthèse de Marion Lagardère.

De son côté Nicolas Sarkozy se réjouit de cette vague bleue sans précédent dans les départements

Jamais, sous la Ve République, notre famille politique n'avait gagné autant de départements. Ce résultat dépasse de très loin les considérations locales. À travers leur vote,les Français ont massivement rejeté la politique de François Hollande et de son gouvernement . Le désaveu à l'égard du pouvoir est absolument sans appel : jamais une majorité n'avait perdu autant de départements, jamais un pouvoir en place n'avait suscité une telle défiance et un tel rejet.

Marine Le Pen se félicite de la défaite du Parti socialiste au niveau national

Le Parti socialiste est laminé, disparaît de la carte dans de nombreux départements, tandis que le Front national et la Rassemblement Bleu Marine obtiennent des résultats exceptionnels un peu partout. Je ne demande pas à Manuel Valls de démissionner. Car si l'on peut attendre des hommes d'État de partir avec honneur,les petits politiciens médiocres s'accrochent généralement malgré la sanction des urnes .

Face au triomphalisme du FN, Jean-Luc Mélenchon a lui prononcé un discours particulièrement inquiet

Une mauvaise saison de l'Histoire recommence en Europe. Après le Danemark, la Norvège, la Hongrie et combien d'autres pays, la face obscure du vieux continent gagne du terrain partout, comme chez nous. La cruelle politique imposée par l'Union européenne en est la cause commune. Ne vous laissez pas embrigader par leur soi-disant tripartisme, qui méprise nos 11 % et ignore les 50 % d'abstention.

Pour ce second tour, les électeurs de plus de 1.900 cantons étaient appelés aux urnes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.