Gérard Larcher, le président Les Républicains du Sénat, à l'initiative du projet
Gérard Larcher, le président Les Républicains du Sénat, à l'initiative du projet © MaxPPP

La loi sur le non-cumul sera supprimée si la droite repasse au pouvoir en 2017. Le président du Sénat prépare dans le plus grand secret une proposition de loi avec les chefs de file des députés et des sénateurs de droite. Tout doit être prêt pour dégainer juste après les législatives.

Xavier Bertrand, Christian Estrosi ou Valérie Pécresse qui abandonnent grands princes leur poste de député pour se consacrer entièrement à leur région, ce n’est pas leur tasse de thé.

Tout doit être prêt pour dégainer juste après les législatives. Sous la houlette de Gérard Larcher, les responsables des Républicains au Sénat et à l’assemblée ont une idée pour éviter que la loi rende cette mode obligatoire. Ils préparent une proposition de loi afin de limiter le cumul à deux mandats : un local et un national. Leur argument est simple : "on ne veut pas se retrouver avec des assemblées d’apparatchiks".

Bruno Retailleau, le chef de file des sénateurs Les Républicains et son homologue à l’assemblée Christian Jacob défendent l’implantation locale des élus. Et pour court-circuiter l’application de la loi sur le non cumul des mandats ils veulent aller vite : ainsi proposeront-ils une loi au Sénat, où ils ont la majorité.

Ne restera plus qu’à la faire adopter par l’Assemblée s’ils gagnent les législatives en 2017. Si tout se déroule comme ils l’ont prévu, la loi sur le non cumul de François Hollande n’aura vécu que quelques mois.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.