Conseil interministeriel de crise apres les attentas terroriste place Beauvau
Conseil interministeriel de crise apres les attentas terroriste place Beauvau © MaxPPP/La Provence/Guillaume Ruoppolo

François Hollande réunit un quatrième conseil sécurité ce lundi matin à 8h30 à l’Élysée avec Manuel Valls, Bernard Cazeneuve, Christiane Taubira et les responsables des services de sécurité. Dimanche, 11 ministres de l'Intérieur de l'UE ainsi que des représentants du Canada et des États-Unis ont promis de prendre des mesures concrètes pour lutter contre les filières djihadistes.

Dès vendredi, le Premier ministre avait évoqué de "nouvelles mesures" pour "répondre à la menace terroriste".

Les Etats-Unis et l'Union européenne ont annoncé samedi à Paris des initiatives pour améliorer la coopération dans la lutte contre le terrorisme. Une réunion extraordinaire se tiendra à Bruxelles la semaine prochaine et un Sommet à Washington le 18 février.

Dimanche 11 ministres de l'Intérieur de l'UE ainsi que des représentants du Canada et des Etats-Unis se sont réunis autour de Bernard Cazeneuve place Beauvau durant plus d'une heure : ils ont promis de prendre des mesures concrètes pour lutter contre les filières djihadistes.

Les textes insuffisants pour faire face à la menace pour Bernard Cazeneuve

Comment entraver la circulation des combattants étrangers, les allers retour entre l’union européenne, la Syrie, le Yémen ou encore la Lybie. Comment tarir leur source de financement ? Quelles opérations faut-il engager dans les semaines et les mois qui viennent ? Il n’y a eu aucun tabou dimanche lors des échanges. La seule volonté était d’engager des options à droit constant, sans modifier les lois fondamentales.

Pas de "patriot act"‘européen. Mais pour le reste, l’exigence de tout remettre à plat : le contrôles aux frontières de l'UE, les échanges de données sur les passagers aériens - un projet de fichier bloqué depuis deux ans par le parlement européen - le PNR, première pierre angulaire d’un vaste plan de lutte antiterroriste à l’échelle du continent pour les premiers flics d’Europe.

Tous, quel que soit la couleur politique ont enfin répété la nécessité de contrecarrer l’action des réseaux terroristes sur internet, d’empêcher à tout prix l’apologie de crimes contre l’humanité.

Un durcissement des textes, réclamé par certains, craint par d'autres

Dimanche, dans les rangs des marcheurs, plusieurs représentants de la droite ont redemandé de nouvelles lois pour renforcer la sécurité des Français.

Pour Nathalie Goulet, sénatrice UDI de l'Orne, préside la commission d'enquête parlementaire sur la lutte contre les réseaux djihadistes, il faut des moyens et des lois, comme le PNR, qui ressemblent à celles prises par les Etats-Unis après le 11 septembre

Nathalie Goulet

Légiférer ? Une erreur pour Jean Luc Mélenchon pour qui les lois ne peuvent rien contre les fous. Le dirigeant du Parti de gauche préfèrerait qu'on s'intéresse à la radicalisation, telle qu'elle se passe aujourd'hui dans les prisons françaises

Jean-Luc Mélenchon avec Mathieu Auger

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.