À l'approche des élections, avoir une mesure qui sort du lot peut être un atout déterminant. Passage en revue de quelques idées originales, sérieuses ou saugrenues, qui interpellent.

La liste EELV à Paris veut déterrer la Bièvre, un cours d'eau du sud de la capitale.
La liste EELV à Paris veut déterrer la Bièvre, un cours d'eau du sud de la capitale. © Capture d'écran

À moins de deux mois des élections municipales, les équipes des candidats se creusent les méninges pour trouver LA proposition forte, celle qui peut les faire décoller dans les sondages. Le premier constat, lorsque l’on parcourt les programmes déjà disponibles, c’est que l’on retrouve beaucoup de propositions attendues : "remettre le citoyen au cœur des décisions", "faire de X ville un pôle attractif", "en finir avec l’insécurité"… Mais quand on creuse un peu, certaines mesures détonnent. Originales, sérieuses ou inattendues, focus sur quelques idées pour les municipales qui sortent des sentiers battus.

Les Verts veulent déterrer une rivière à Paris

Refaire couler un cours d'eau en plein cœur de Paris. Dit comme ça, la proposition paraît ambitieuse. Elle fait pourtant partie du programme de David Belliard, candidat EELV à la mairie de Paris. 

Cela faisait plus d'un siècle que la Bièvre, rivière du sud de la capitale avait été enfouie, pour cause de pollution de l'eau. La déterrer, est-ce faisable ? Oui, selon les écologistes, qui se basent sur des études menées par l'Atelier parisien d'urbanisme (APUR), qui a noté une baisse progressive de cette pollution. Une fois réhabilité, le cours d'eau serait "un corridor écologique, un point de fraîcheur en cas de canicule, un axe paysager et symbolique majeur en cette période de réchauffement climatique", promet Anne Souyris, tête de liste écologiste dans le XIIIe arrondissement.

Griveaux et Villani veulent bouter le rail hors de Paris

Le projet écologiste d’EELV a visiblement donné des idées au candidat officiel LREM Benjamin Griveaux, qui lui veut carrément installer un “Central Park parisien”… à la place de la gare de l’Est, qu’il déplacerait aux portes de la ville (voire hors de Paris). Il souhaite aussi aménager l’Ile aux Cygnes, dans le XVe arrondissement.

Son meilleur ennemi Cédric Villani, qui en a lui aussi assez des gares dans la capitale, aimerait déménager les Eurostar et autres Thalys de la gare du Nord à Saint-Denis.

Une "caravane permanente des droits" à Brest

"Brest compte 20 000 pauvres, nous devons mettre en place des dispositifs de solidarité". C'est en partant de ce constat que "Brest à venir", liste de la France Insoumise, propose une idée plutôt originale : créer une "caravane permanente des droits sociaux et politiques", rapporte Le Télégramme. "Un tiers des personnes ayant droit au RSA (Revenu de solidarité active) ne le demandent pas", rappellent les Insoumis brestois. La caravane irait au contact des habitants pour les informer de leurs droits ou répondre à leurs questions, relatives par exemple au droit de la santé. Une initiative déjà mise en place notamment à Grenoble.

Rennes : une "Arena" dédiée aux jeux vidéo

La proposition vient de Carole Gandon, candidate La République en Marche : bâtir à Rennes une "Arena 5.0" du jeu vidéo, qui accueillera des compétition d'e-sport et des expositions, relate Ouest France. Rennes, réputée chez les gamers, accueille déjà tous les ans l'Insalan : un tournoi de jeux vidéo créé en 2005, durant lequel les meilleurs joueurs testent leur niveau à "League of Legends" ou "Fortnite".

Gratuité totale dans les cantines lilloises

Pour Martine Aubry, l'actuelle locataire de l'hôtel de ville, il s'agit d'une proposition démagogique : la cantine gratuite pour tous, mesure phare du programme de Violette Spillebout, candidate LREM, fait couler beaucoup d'encre depuis son annonce en décembre : "nous souhaitons que tous les enfants puissent manger à la cantine. Bien vivre ensemble c'est prendre le repas ensemble", déclarait alors la tête de liste. Coût total estimé des repas gratuits dans toutes les cantines de Lille : 6 millions d'euros.

Entrée payante à Saint-Paul de Vence 

Ouvrir le portefeuille au moment d'entrer à Saint-Paul de Vence ? C'est en tout cas l'idée pour le moins osée lancée par Claude Granereau, candidat sans étiquette aux élections municipales : rendre la commune des Alpes-Maritimes piétonne et faire payer l'entrée 5 euros aux visiteurs. "Je fais payer 5 euros tous les touristes, sauf les habitants de Provence-Alpes-Côte d'Azur qui viennent à Saint-Paul (...) ça fait 10 millions d'euros", détaillait le candidat dans le quotidien Nice-Matin.

"Avec ça, je refais les remparts qui sont dans un triste état, je crée une supérette et une boulangerie. Et je mets à zéro la taxe foncière et celle d'habitation", poursuivait-t-il. "Grosso modo, cela revient à baisser les impôts de 20%". Claude Granereau confiait redouter l'arrivée de "millions de Chinois" avec la ligne directe Nice-Pékin, inaugurée par Air China le 2 août. Pas sûr que, si elle venait à se concrétiser, l'initiative fasse la joie des 2 millions de touristes qui flânent chaque année sur les remparts de la cité...

La commune de 3 500 habitants accueille chaque année 2 millions de curieux.
La commune de 3 500 habitants accueille chaque année 2 millions de curieux. © AFP / Rey-Ana

Rouen : un ramassage scolaire avec des calèches ?

L'idée, soutenue par de nombreux élus écologistes, s'invite dans les débats en cette période électorale : mettre en place dès la rentrée 2020 à Rouen un ramassage scolaire avec des calèches, tractées par des chevaux. Une proposition de l'association Cheval en Seine, qui a remporté un appel à projets citoyens. 

L'initiative s'attire déjà les foudres de certains. Comme le raconte France Bleu Normandie, une pétition qui s'oppose au projet au nom du bien-être animal a reçu plus de 34 000 signatures en deux semaines. "Si on lui laisse le choix, un cheval ne travaille pas. S'il le fait, c'est qu'on l'y oblige. Ne serait-ce qu'avec le mors, qui peut provoquer de graves lésions", alerte sur France Bleu Manu Tritz, antispéciste à l'origine de la pétition. Dossier sensible donc, dont la prochaine mandature héritera. En tout cas, le candidat Europe Écologie - les Verts, Jean-Michel Bérégovoy, est pour.

Marcel Campion, survivaliste

La question préoccupe les survivalistes, ces personnes qui se préparent à survivre à une catastrophe imminente : comment se nourrir en cas de crise ? Cette question, Marcel Campion, candidat à la mairie de Paris, se la pose aussi, et fait même de la "sécurité alimentaire" sa priorité dans cette interview donnée au quotidien 20 Minutes : "S’il y a une crise sérieuse à Paris, on a trois jours de provisions pour nourrir la capitale. Au bout du quatrième jour, c’est la panique", estime-t-il.

Et le "roi des Forains" apporte la solution : "Il faut remettre un système de maraîchers comme dans le temps, avec une redistribution directe auprès des commerçants et dans les halles alimentaires. Maintenant, les Halles sont parties à Rungis et les maraîchers ont disparu avec." Paris en crise, un prétexte qui peut paraître saugrenu. Mais à la décharge de Marcel Campion, la capitale a connu ce genre de crises à plusieurs reprises, notamment lors des sièges de 1870-1871 ou de 885 à 887. On n’est jamais trop prévoyant.

Bonus : "Faire de Besançon le nouveau Monaco"

C’est l’Est républicain qui rapporte cette petite pépite. Un candidat aux municipales à Besançon aurait pour ambition de transformer la ville en "nouveau Monaco". Pour cela, il propose naturellement de "goudronner le Doubs et sa boucle" pour en faire un circuit de Formule 1. Vous l’aurez compris, c’est un peu trop gros pour être vrai (mais certains sites, comme bienpublic.com, ont tout de même relayé l’info très sérieusement).

Laurent Dornier, patron de restaurant, détaillait ce programme farfelu dans une vidéo postée sur Facebook, depuis supprimée. Pèle-mêle, le faux candidat proposait aussi d’interdire de s’endormir avant 2 heures du matin "les jeudis, vendredis et samedis afin de laisser les jeunes s’amuser sereinement", ou encore d’armer les policiers de "kalachnikov du bubble-gum". Quid des conseillers municipaux déguisés en Casimir ?

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.