Selon notre partenaire Ipsos Sopra Steria, les électeurs d'Emmanuel Macron sont allés voter en traînant des pieds quand ceux de Marine Le Pen ont principalement voté par conviction

Affiches de Marine Le Pen et Emmanuel Macron
Affiches de Marine Le Pen et Emmanuel Macron © Reuters / Eric Gaillard

► ALLER PLUS LOIN | Emmanuel Macron et Marine Le Pen s'affronteront au second tour

On craignait une abstention massive, mais elle s'est finalement stabilisée aux alentours de 23%. Cela ne signifie pas pour autant que les Français se sont déplacés massivement et convaincus aux urnes. D'autant que du côté des abstentionnistes, les raisons d'avoir refusé de voter traduisent au mieux un désintérêt, au pire un véritable sentiment de trahison global envers les hommes et les femmes politiques.

Pour autant, ceux qui ont voté n'avaient pas forcément une haute image du choix qui leur était proposé. Arrivé premier, Emmanuel Macron n'a rassemblé que 43 % de votants convaincus par sa candidature. À l'inverse de son adversaire Marine Le Pen, dont 67 % de ses électeurs assurent que sa personne et son programme leur conviennent.

Ce qui rassemble tous ces électeurs, quel que soit leur candidat de prédilection, c'est un certain pessimisme. Aucun d'entre eux n'a convaincu les Français que leur situation allait s'améliorer dans le quinquennat qui arrive. C'est Marine Le Pen qui les inquiète le plus, d'ailleurs, 58 % des électeurs interrogés estimant que la situation va empirer. Le moins "déprimant" des candidats du quinté de tête est Emmanuel Macron, dont 24 % estiment que leur situation va s'améliorer. C'est dire le manque d'optimisme des électeurs à l'issue de ce premier tour, quel que soit le résultat du second.

► ALLER PLUS LOIN | Le front républicain se met "En Marche"

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.