C’est officiellement à l’Europe de la rigueur que les socialistes ont voulu s’attaquer. Mais la charge, un texte de 21 pages qui sera proposée au bureau national du PS de mardi prochain, est en fait un brulot anti Merkel, accusée, entre autres, d'"intransigeance égoïste". Au point que le Premier ministre a sait savoir qu’il avait demandé des amendements, et notamment qu’on supprime le nom de la Chancelière.

Jean-Marc Ayrault a également rédigés deux tweets cet après-midi, en français puis en allemand, pour en appeler à un dialogue "intense et sincère" entre les deux moteurs de la construction européenne.

Tweet 1
Tweet 1 © Radio France
Tweet 2
Tweet 2 © Radio France

Les frictions entre les deux pays ne sont pas nouvelles : l'Allemagne accuse la France de ne pas tenir ses engagements dans la lutte pour la réduction de ses déficits et Paris reprochae à Berlin de vouloir imposer des politiques d'austérité à l'ensemble de l'Europe.

Tollé à droite où on fustige une atteinte au sacrosaint couple franco-allemand

Michel Barnier, commissaire européen au Marché intérieur a également twitté, dans les deux langues, pour dire combien ces déclarations sont infondées. "Certaines attaques françaises contre Angela Merkel sont insensées", écrit-il en français et en allemand. "Aucune sortie de crise n'est possible en Europe sans une coopération constructive entre la France et l'Allemagne."

Michel Barnier

"Oui, les attaques sont ineptes et irresponsables", répond, toujours sur twitter, Laurence Parisot, la présidente du Medef. Tout l'UMP est vent debout ce soir, la droite accuse les socialistes de prendre l'Allemagne comme "bouc émissaire" pour justifier "l'échec" de la politique de François Hollande. Deux anciens Premiers ministres UMP montent au créneau. Pour François Fillon "On a rarement eu des relations aussi mauvaises" entre Paris et Berlin. L'ancien Premier ministre souligne que François Hollande fait une "erreur gravissime" en misant sur une défaite de la chancelière à l'automne pour obtenir un changement de politique.Alain Juppé s'exprime lui dans un entretien au Monde daté de dimanche-lundi. Il met en garde contre "le péril mortel" que serait une confrontation Paris-Berlin. _Marion Lagardére_
href="http://www.franceinter.fr/#"> ![Lecture](http://www.franceinter.fr/sites/all/themes/fi_player_theme/img/spacer.png)
infographie le couple franco-allemand
infographie le couple franco-allemand © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.