dix députés réclament l'abolition des avantages des élus
dix députés réclament l'abolition des avantages des élus © reuters

Et si on abolissait (encore) les privilèges ? C'est la proposition de dix députés de droite et de gauche, qui réclament dans le Nouvel Observateur un encadrement des avantages dont jouissent les élus français. L'idée ne plait pas à tout le monde...

Ils sont dix à vouloir (toutes proportions gardées) jouer les révolutionnaires comme un certain 4 août 1789. Dans le Nouvel Observateur paru ce jeudi, dix élus de la génération montante prônent des mesures radicales : abolition du régime spécial des retraites des élus, fin de l'exonération fiscale de l'indemnité de frais de mandat, la publication de l'utilisation de la "réserve parlementaire"...

"Osons rénover l'Assemblée !", proclament les socialistes Olivier Faure, Jérôme Guedj, Razzy Hammadi, Barbara Romagnan et Karine Berger, les écologistes François de Rugy et Barbara Pompili, ainsi que les UMP Laurent Wauquiez, Bruno Le Maire et Gérald Darmanin.

Qu'y a-t-il dans ce texte ? Le point avec Carine Bécard.

De nombreuses dents grincent

Comme on pouvait le prévoir, leur initiative n'a pas été du goût de tous les parlementaires. Le président du groupe UMP à l'Assemblée, Christian Jacob, se déclare ainsi hostile à la plupart des propositions.

"Il ne faut pas supprimer le régime de retraites. Parlementaire, ce n'est pas un métier", explique-t-il. "Faisons attention à l'atteinte que l'on est en train de porter à la liberté d'exercice du mandat", répond-il à la proposition de rendre obligatoire la démission d'un fonctionnaire de son poste au bout de deux mandats de député.

Le député UMP Eric Woerth est tout aussi dubitatif : "je remarque que tous ceux qui essaient de laver plus blanc, c'est une posture", lance l'ancien ministre du Budget.

Annick Lepetit, porte-parole du groupe PS, estime de son côté que les signataires cherchaient à faire parler d'eux.

Les dix députés veulent aller beaucoup plus loin que le projet de loi sur la transparence, actuellement à l'étude à l'Assemblée nationale et largement amputé, sous pression des parlementaires.

Des mesures pour aller plus loin

Parmi les idées lancées par les dix parlementaires, celle d'Olivier Faure de publier les augmentations de patrimoine entre le début et la fin du mandat parlementaire. Laurent Wauquiez prône lui la suppression du régime spécial des retraites et l'alignement complet sur le régime de droit commun.

Quant à Bruno Le Maire, il juge anormal que 38% des députés soient issus de la fonction publique et demande que tous les hauts fonctionnaires remettent leur démission lorsqu'ils deviennent parlementaires.

Alors que François de Rugy réclame un contrôle des lobbyistes qui "circulent librement" au palais Bourbon et y organisent même des colloques.

Le député EELV était l'invité de Pascale Clark.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.