[scald=105119:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - L'ancien Premier ministre Dominique de Villepin a confirmé vendredi qu'il ne disposait pas des 500 parrainages nécessaires pour se présenter à la présidentielle et lancé un appel à l'union nationale qui est selon lui inévitable à terme, une fois passés les scrutins du printemps.

"Je suis empêché de me présenter à l'élection présidentielle, faute des parrainages requis", dit-il dans un billet sur son site internet, après avoir déclaré jeudi que seul un "miracle républicain" lui permettrait d'obtenir les 500 signatures de maires nécessaires.

"Nous avons fait notre devoir qui était d'alerter, d'essayer de franchir le mur d'hostilité des partis, le mur d'indifférence des médias, le mur de colère et de peur que suscite cette crise et qui tétanise cette campagne désespérante", écrit-il.

"Nous ne pouvons plus continuer à subir l'alternance des partis, les majorités courtes aux idées courtes. L'union nationale est la seule issue", ajoute Dominique de Villepin.

Pour lui, l'approche de l'élection présidentielle puis des élections législatives qui suivront fait qu'elle sera difficile à réaliser dans l'immédiat.

Mais "elle sera inévitable six mois ou un an plus tard, lorsqu'il s'agira de répondre au défi financier immense, lorsque la dette se rappellera à nous", prédit-il, en invoquant aussi "l'urgence sociale, qui ne va pas se dissiper par miracle au lendemain des élections".

L'ancien Premier ministre de Jacques Chirac reproche encore à la droite et à la gauche de vouloir "s'abstraire du monde" en passant leur temps à se "retrancher derrière nos frontières" et juge que "l'Europe n'est pas l'ennemi" mais la "chance de poursuivre notre chemin avec nos voisins et amis".

"Réconcilier la France du oui et du non ? Ne nous trompons pas de question. Il s'agit aujourd'hui de réconcilier les peuples européens entre eux et avec le projet européen dans son ensemble. Seule une Europe puissante sera une Europe légitime", conclut-il.

Yann Le Guernigou, édité par Matthias Blamont

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.