Palais de l'Elysée
Palais de l'Elysée © CC Fab https://www.flickr.com/photos/fab-photography/7267220156

François Hollande a réuni jeudi matin un conseil de défense à l'Elysée, au lendemain de l’annonce de la décapitation en Algérie Hervé Gourdel, l’otage français enlevé dimanche en Kabylie et assassiné par ses ravisseurs jihadistes.

Les mesures de sécurité vont être renforcées dans les lieux publics et les transports en France, a annoncé l'Elysée.

Des frappes aériennes françaises contre des positions de l’organisation l'Etat islamique ont eu lieu ce jeudi matin en Irak. La France "poursuivra et intensifiera son soutien aux forces de l'opposition syrienne qui combattent aujourd'hui les groupes djihadistes", peut-on lire dans le communiqué de l'Elysée, qui ajoute :

La France toute entière est en deuil après l'exécution barbare de notre compatriote. Ce crime ne saurait rester impuni.

Stéphane Le Foll a annoncé qu’en hommage à Hervé Gourdel, les drapeaux seraient en berne vendredi, samedi et dimanche dans tout le pays.

Stéphane Le Foll

Dans ces moments difficiles, il faut une cohésion nationale

L’assassinat d’Hervé Gourdel a été unanimement condamné. Hier depuis New York, où il assistait à l'Assemblée générale des Nations unies, François Hollande réaffirmé que Paris ne "cédait jamais devant le chantage".

"On cherche à semer la terreur" a dit jeudi matin, Manuel Valls qui a souligné la nécessité de "rassemblement" et de "vigilance".

L'armée algérienne mène une vaste opération pour retrouver la dépouille d’Hervé Gourdel

L'Algérie, qui a dénoncé mercredi soir "un acte odieux et abject", avait déployé ces deux derniers jours 1.500 soldats pour tenter de le retrouver l’otage français en Kabylie. Le Premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal, a affirmé que l'Algérie continuerait à mobiliser "toutes les forces possibles" pour retrouver les assassins du guide et récupérer son corps. Un total de près de 3.000 militaires participent à cette opération. Des troupes d'élite du service de lutte anti-terroriste algérien participent aux recherches dans cette zone montagneuse boisée et escarpée.

C’est à Tizi Ouzou qu’un rassemblement a eu lieu ce matin. Des jeunes portent des pancartes en hommage à l'otage français. Leïla Berrato était sur place

Appel à un rassemblement à Paris

Dalil Boubakeur, le président du Conseil français du culte musulman, a appelé jeudi "les musulmans et leurs amis" à se rassembler vendredi à 14H45 devant la Mosquée de Paris, en hommage à Hervé Gourdel. Dalil Boubakeur souhaite "un moment de recueillement et de solidarité où sera dénoncée "l'horreur barbare et sanguinaire des terroristes" .

La famille de l'otage français a demandé jeudi, dans un communiqué, que "dignité et retenue" soient les mots d'ordres des rassemblements en la mémoire de leur proche.

Les français de l’étranger sont-ils vulnérables ?

Pour François Hollande, il faut :

Prendre toutes les dispositions pour assurer la sécurité de nos compatriotes, ici, en France et partout dans le monde.

Et dans certains pays, les expatriés sont inquiets. C'est le cas de Quentin Chaudieu, il est informaticien qui travaille à l'ambassade de France à Bamako au Mali.

Quentin Chaudieu s'est confié à David Baché de RFI

Devant les menaces d'attentats et d'enlèvements, le ministère des Affaires étrangères appelle les ressortissants français à la plus grande vigilance "dans la zone sahélienne mais aussi dans les pays limitrophes" car "aucune zone ne peut plus désormais être considérée comme totalement sûre", peut-on lire sur le site du Quai d'Orsay.

La sécurité autour des ambassades pourrait être revue à la hausse, mais hormis délivrer des consignes de bon sens, la France apparaît plutôt démunie pour protéger ses citoyens à l'étranger. D'autant que les Français son parfois indisciplinés face aux consignes, notamment les touristes.

Les explications de Vanessa Descouraux

Joëlle Garriaud-Maylam, sénateur des Français de l'étranger, secrétaire de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées au Sénat, était l'invitée de Claire Servajean, pour parler du malêtre, voir de la peur de français installés dans un certain nombre de pays à risque

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.