2vacuation de demandeurs d'asile albanais qui vivaient sous un pont
2vacuation de demandeurs d'asile albanais qui vivaient sous un pont © MaxPPP//Le Progrès/Joël Philippon

A quelques jours de l'examen d'un projet de loi sur la réforme du droit d'asile, le Figaro a publié des extraits du rapport du député UMP des Alpes-Maritimes, Éric Ciotti, ra pport qui met en lumière les défauts du système d'accueil des demandeurs d'asile en France.

D'après ce rapport, très critique, 30.000 dossiers seraient en attente dans les bureaux de l'OFPRA, l'Office français de protection des réfugiés et apatrides. Les demandes de protection ont augmenté de 85% depuis 2007. Aujourd'hui, un demandeur d'asile doit patienter au moins 16 mois avant de voir sa situation examinée, conséquence : les centres d'accueil sont complètement saturés. Du coup, les réfugiés sont orientés vers des hébergements d'urgence. L'année dernière, l'Etat a financé près de 22.000 places.

Selon Eric Ciotti, le dispositif d'urgence coute de plus en plus cher, près de 130 millions d'euros par an.

Eric Ciotti

500 hôtels mobilisés en Ile de France, le cout est extrêmement élevé

Des dérives dénoncées depuis déjà plusieurs années par Pierre Henry. C'est le directeur général de France Terre d'Asile, l'une des principales associations chargée de l'accueil des réfugiés en France.

Pierre Henry

Le rapport n’a rien de très nouveau. Il faut réformer et ne pas instrumentaliser cette question

Le rapport d'Eric Ciotti "n'est pas nouveau et occulte les efforts" entrepris par l'Office français des réfugiés et apatrides (Ofpra) pour accélérer le traitement des dossiers", a commenté le directeur général de cet office, Pascal Brice.

Le gouvernement a prévu de réformer le droit d'asile

Le gouvernement compte sur la réforme, qui doit être débattue à partir du 12 novembre à l'Assemblée nationale, pour réduire le nombre d'allocataires en réduisant les délais de traitement de deux ans aujourd'hui, à neuf mois, ce qui désengorgera en partie le système. Il prévoit aussi de renforcer les Centre d'accueil pour demandeurs d'asile avec 5.000 nouvelles places prévues, en plus des 4.000 nouvelles places pour 2013 et 2014.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.