une commission d'enquête sénatoriale sur la collecte de l’écotaxe
une commission d'enquête sénatoriale sur la collecte de l’écotaxe © reuters

Le gouvernement entend renégocier le contrat signé par son prédécesseur avec la société Ecomouv', qui fait polémique dans la classe politique, alors que onze bornes et quatre portiques de collecte de l'écotaxe ont déja été détruits sur l'ensemble du territoire.

Pierre Moscovici, a estimé mardi qu'il fallait "revoir toute la logique du contrat" avec Ecomouv', via une "négociation très serrée" avec la société qui "ne s'est pas acquittée de ses responsabilités".

Les sénateurs socialistes vont demander la création d'une commission d'enquête parlementaire sur Ecomouv', a annoncé leur chef de file, François Rebsamen, en soulignant les "interrogations" suscitées par "les clauses financières assorties au marché". Le patron des députés PS, Bruno Le Roux, a rappelé de son côté qu'une enquête préliminaire ouverte au parquet de Nanterre visait toujours la société.

POUR ALLER PLUS LOIN > Les portiques écotaxe, un scandale d'Etat ?

Marylise Lebranchu, ministre de la Réforme de l'Etat et élue bretonne, a regretté "la part trop belle" revenant à Ecomouv', mais a également demandé à l'opposition qui a signé en son temps le contrat de faire preuve de "raison" et de "respect"

Marylise Lebranchu avec Marion Lagardère

Pour l'ancien ministre des Transports, l'UMP Thierry Mariani. "Le gouvernement actuel est lâche, il a voté avec nous l"écotaxe".

target="_blank" href="http://www.franceinter.fr/#"> Lecture

A l'approche des municipales, l'écotaxe fait aussi figure de patate chaude à droite, sur fond de rivalités au sein de l'UMP.

Le même Thierry Mariani s'est également offusqué des déchirements au sein de son camp. "Depuis 48 heures, c'est le festival des faux culs et le bal des lâches", a-t-il lancé sur son compte Twitter.

Car au lendemain des critiques de Xavier Bertrand et Rachida Dati, c'est au tour de Jean-François Copé de torpiller l'Ecotaxe. "Ce qui est surtout critiquable, c'est le montage. De tels coûts de gestion sont aberrants", a déclaré le président de l'UMP tout se disant "solidaire" de l'ancien gouvernement.

S'il en reste qu'une ce sera elle. Sur France Inter, l'ancienne ministre de l'Ecologie du gouvernement Fillon, Nathalie Kosciusko-Morizet a maintenu que le contrat avec Ecomouv' avait été passé "dans les règles". La candidate à la mairie de Paris continue également de soutenir le principe de l'écotaxe, qu'elle estime "juste". "Puisque personne ne veut l'assumer, moi je suis prête à le faire", a-t-elle martelé mardi matin.

Mots-clés :
Derniers Articles
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.