Le Premier ministre a affirmé sur France Inter jeudi matin qu'il “ira voir”, avec ses enfants, “J'accuse”, de Roman Polanski, alors que le réalisateur franco-polonais a été la cible de nouvelles accusations de viol, quelques jours avant la sortie du film.

Le Premier ministre Édouard Philippe, dans le studio de France Inter le 21 septembre 2019.
Le Premier ministre Édouard Philippe, dans le studio de France Inter le 21 septembre 2019. © Radio France / Anne Audigier

Je ne l’ai pas encore vu, mais je vais aller le voir”, assure Édouard Philippe à France Inter. Le Premier ministre, invité exceptionnel de la matinale jeudi, ira voir, avec ses enfants, le nouveau film de Roman Polanski, “J'accuse”, qui traite de l'arrestation à tort du capitaine Alfred Dreyfus, célèbre erreur judiciaire de la fin du XIXe siècle. 

Interrogé par Léa Salamé sur son intention ou pas d'aller voir le film, le Premier ministre a répondu : "Je vais aller le voir avec mes enfants (...) Parce que l'affaire Dreyfus est un sujet qui me passionne depuis très longtemps et parce que ceux qui l'ont vu m'ont dit que c'était un très bon film". Quelques jours avant la sortie du film, le réalisateur franco-polonais a été visé par une nouvelle accusation de viol. La question divise le gouvernement, plusieurs ministres ayant exprimé leur malaise. 

Le gouvernement divisé sur le sujet

Une oeuvre, si grande soit-elle, n'excuse pas les éventuelles fautes de son auteur”, avait jugé jeudi 14 novembre le ministre de la Culture Franck Riester, lors des Assises de la parité et de la diversité au cinéma à Paris. “Le talent n'est pas une circonstance atténuante ; le génie, pas une garantie d'impunité”, avait-il ajouté. 

La porte-parole du gouvernement avait également estimé qu'elle n'irait pas voir le film de Roman Polanski car elle devait, lorsqu'elle assiste à un spectacle, “partager aussi quelque chose avec celui qui l'a créé”. “Je ne crois pas partager grand chose avec un homme sur lequel” pèsent “de telles accusations”, avait ajouté Sibeth Ndiaye, rejoignant ainsi la prise de position de Marlène Schiappa, secrétaire d'État chargée de l'Égalité femmes-hommes. 

Ils ont le droit” de ne pas aller voir le film, a rétorqué Édouard Philippe sur France Inter. “Je ne vais pas dire aux membres du gouvernement : 'Vous allez voir ce film ou vous n'allez pas voir ce film.' Dans quel monde vit-on ?!?” Les ministres Nicole Belloubet et Jean-Michel Blanquer avaient quant à eux estimé qu'ils iraient voir J'accuse

En réaction à l'interview du Premier ministre, la militante féministe Caroline De Haas, engagée dans le mouvement #NousToutes de lutte contre les violences faites aux femmes, a réagi sur Twitter : “J’irai voir le film de Roman Polanski. Avec mes enfants. Le Premier ministre. Je vais vomir je reviens.

Le film est sorti le 13 novembre, en pleine polémique après une nouvelle accusation de viol contre le cinéaste de 86 ans. La photographe Valentine Monnier dit avoir été rouée de coups et violée par le réalisateur en 1975, à l'âge de 18 ans, en Suisse. Roman Polanski est en outre poursuivi depuis plus de 40 ans par la justice américaine pour des relations sexuelles illégales avec une mineure en 1977. Son dernier film a pris la tête du box-office français avec plus de 500 000 spectateurs pour sa première semaine en salle. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.