Reunion de depute et senateur écologiste EELV à l'Assemblee nationale a l'initiative du courant Repères Ecologistes
Reunion de depute et senateur écologiste EELV à l'Assemblee nationale a l'initiative du courant Repères Ecologistes © MaxPPP/Christophe Petit Tesson

Les écologistes qui veulent revenir au gouvernement se sont réunis samedi après-midi à l'Assemblée nationale pour faire entendre leur voix, au risque d'aggraver encore la crise ouverte au sein d'EELV.

Les écologistes pro-gouvernementaux font entendre leur voix. Le patron des sénateurs écologistes Jean-Vincent Placé, les coprésidents du groupe EELV à l'Assemblée nationale, François de Rugy et Barbara Pompili, le vice-président de l'Assemblée nationale et Denis Baupin, tous partisans d'un retour aux manettes gouvernementales, ont participé à ce colloque, devant 250 personnes.

Invités également, des représentants d'autres organisations écologiques. Jean-Luc Bennahmias, président du Front Démocrate, Corinne Lepage, présidente du Rassemblement Citoyen - CAP 21, Antoine Waechter, président du MEI, et Yves Pietrasanta, président de Génération Ecologie, étaient également de la partie.

La grande absente du jour était Cécile Duflot. L'ancienne ministre, plutôt engagée elle à un rapprochement avec le Front de Gauche, critique souvent les ambitions personnelles de ses collègues écologistes. Elle s’est contentée d’un tweet moqueur à l’adresse de ses "collègues".

Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts a rappelé qu'il n'y a qu'une "seule ligne" dans son parti, "celle que l'écologie soit plus forte", reconnaissant cependant les "débats stratégiques" internes. Pour la patronne d'EELV, "la participation au gouvernement n'est pas un tabou ni un totem". "Ma seule certitude, dit-elle, c'est qu'il faut manier le rapport de force face à un gouvernement bien trop timide sur les sujets écologistes".

__

Pour François de Rugy il ne faut plus tergiverser. Le député EELV croit savoir que les électeurs écologistes ne veulent pas d'une alliance avec la gauche radicale mais préfèrent des écologiestes aux "reponsabilités".

François de Rugy avec Nasser Madji

Ecologie pragmatique et de responsabilité ou contestataire ? Les militants devront choisir

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.