Emmanuelle Cosse
Emmanuelle Cosse © PHOTOPQR/OUEST FRANCE/Stéphane GEUFROI/CAEN / PHOTOPQR/OUEST FRANCE/Stéphane GEUFROI/CAEN

C'est l'objectif du parti écologiste, qui se réunit ce week-end en conseil fédéral à Paris. L'année 2016 sera celle des remises en question après l'échec aux régionales (près de 200 conseillers régionaux de moins qu'en 2010), la crise interne et les nombreux départs.

Aujourd'hui EELV veut se renouveler pour éviter de se dissoudre définitivement dans la vie politique. Et en attendant le congrès prévu au printemps prochain, les questions essentielles sont déjà dans tous les esprits pour ce conseil fédéral. Parmi elles, la présence d'Emmanuelle Cosse à la tête du parti, mais également une éventuelle candidature écologiste à la présidentielle de 2017. Là aussi, le parti est divisé.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Sandrine Rousseau, porte-parole d'EELV, invitée de Pierre Weill

Écoutez le reportage d'Estelle Schmitt

Une candidature, oui, mais sous quelle forme ? La secrétaire nationale d'Europe Ecologie les Verts ne s'avance pas pour l'instant sur le sujet. Participation à une primaire à gauche ? Candidature indépendante quoi qu'il arrive ? Ce que souhaite avant tout Emmanuelle Cosse, c'est relancer un projet écologiste compréhensible des Français.

Notre parti va travailler de toute manière à une candidature. Mais nous voulons, au-delà de la candidature, surtout faire porter le projet écologiste. Et il se posera aussi la question de voir ce que d'autres candidatures reprennent de ce que nous portons et ont comme proposition à faire aux Français.

Ne pas être le supplément d'âme des autres partis : malgré ses difficultés (financières notamment) Europe Ecologie les Verts revendique son indépendance. Et cela passe forcément par une candidature à la présidentielle, pour David Cormand, numéro 2 du parti.

Selon lui, on pourrait penser à trois noms de candidats potentiels : Cécile Duflot (sans surprise) mais aussi deux "anciens", Daniel Cohn-Bendit et Nicolas Hulot , l'ancien conseiller "écologie" de François Hollande.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.