L'heure est à la quête des parrainages pour les candidats qui ne passent pas par la case "primaire". Et trouver 500 élus dans 30 départements différents n'est pas si facile.

Pour récupérer les 500 fameux parrainages, Emmanuel Macron cherche à faciliter la tache des élus en récoltant leurs soutiens par internet
Pour récupérer les 500 fameux parrainages, Emmanuel Macron cherche à faciliter la tache des élus en récoltant leurs soutiens par internet © Maxppp / IP3 PRESS

A moins de quatre mois du premier tour de l'élection présidentielle, le 23 avril 2017, les petits candidats, ceux qui souhaitent se présenter à la présidentielle sans passer par une primaire, s'organisent pour récolter les parrainages nécessaires pour la validation des candidatures.

De nouvelles règles plus contraignantes

Cette recherche de 500 parrainages d'élus provenant de 30 départements différents s'avère d'autant plus difficile qu'elle est désormais soumise à de nouvelles règles. Dorénavant, l'ensemble des soutiens sera rendu public et ce sont les élus eux-mêmes qui devront déposer leur parrainage au Conseil constitutionnel. Ce dépôt représente une difficulté supplémentaire : jusqu'alors, c'était l'équipe du candidat qui s'en chargeait.

Pour les candidats de moindre envergure, on redoute les promesses de signatures qui ne se concrétiseraient pas, comme dans l'entourage de Philippe Poutou, du Nouveau parti anticapitaliste (NPA). D'autres, comme le député Jean Lassalle, craignent des pressions sur les maires. Le candidat évoque un possible "chantage aux subventions".

Porte-à-porte et site internet de récolte de parrainages

Comme beaucoup d'autres, le député fait du porte-à-porte pendant les vacances de Noël pour convaincre. Du côté d'Emmanuel Macron, la récolte de soutiens s'organise différemment avec un "parrainage en un clic" depuis le site internet les élus avec Macron.

L'Écologiste Yannick Jadot, de son côté a nommé une centaine de coordinateurs départementaux qui traquent les parrains potentiels. Leur cible : les élus ruraux sans étiquette. Pour Rama Yade, la cible est plus large : son équipe contacte ceux qui ne donnent jamais leur signature, soit 25.000 élus. Un travail de fourmi !

A tel point qu'autour de Nicolas Dupont Aignant, depuis janvier 2016, quatre personnes se consacrent à plein temps à la recherche des signatures.

En parallèle, pour les candidats des grands partis, les parrainages devraient être réunis sans véritable effort.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.