La liste Renaissance a finalement dévoilé, ce mercredi, son programme pour les élections européennes. La transition écologique est présentée comme la première des priorités, avec la "justice sociale et fiscale" comme deuxième pilier.

La tête de liste Nathalie Loiseau en meeting à Caen, le 6 avril 2019.
La tête de liste Nathalie Loiseau en meeting à Caen, le 6 avril 2019. © AFP / Damien MEYER

C'est un document de 33 pages, décliné en 79 propositions. Conduite par Nathalie Loiseau, la liste Renaissance, qui regroupe la République en marche (LREM) et ses alliés pour les élections européennes, a dévoilé ce mercredi son programme pour le scrutin du 26 mai. Sa première partie est consacrée à la transition écologique, l'oubliée du grand débat.

Banque du climat et SMIC européen

Les eurodéputés macronistes qui seront élus soutiendront un plan d'investissements de 1 000 milliards d'euros sur cinq ans. Soit 40% des dépenses européennes, qui seront affectées "au développement des énergies et transports propres, à la rénovation des logements, et à l'accompagnement des travailleurs en reconversion", est-il écrit. Cette proposition va de pair avec la création d'une banque pour le climat, dont l'objectif serait "d'orienter l'épargne des européens vers la croissance verte". Une mesure dont Emmanuel Macron parlait déjà dans sa lettre aux Européens, publiée début mars, et qui est également présente dans le programme d'Europe Écologie les Verts.

La deuxième partie du programme est intitulée : "Bâtir l'Europe de la justice sociale et fiscale". La liste propose de taxer les géants du numérique, d'abandonner la règle de l'unanimité sur les questions fiscales et d'harmoniser l'impôt sur les sociétés. Il est aussi question d'instaurer un SMIC européen, un "salaire minimum adapté à chaque pays".

Europe de la défense et immigration

Sur le plan économique, Renaissance veut, comme l'a abordé Nathalie Loiseau en meeting à Caen ce lundi soir, investir massivement dans des secteurs "stratégiques" comme les énergies renouvelables, l'intelligence artificielle ou la 5G. Sur le plan diplomatique, la liste confirme son projet d'aller vers une armée européenne.

Contrastant avec les programmes de Jordan Bardella (Rassemblement national) et François Xavier Bellamy (Les Républicains) ce n'est qu'à la page 18 qu'il est question d'immigration. La liste conduite par l'ex-ministre en charge des Affaires européennes veut "sauvegarder Schengen" en créant un "Office européen de l’asile pour harmoniser les critères de l’asile".

La dernière partie du programme est consacrée à "l'identité européenne" et propose de multiplier par trois le budget du programme Erasmus, pour y associer les collégiens et les apprentis. La dernière proposition rappelle la démarche d'Emmanuel Macron : un grand débat, à l'échelle de l'Europe, qui réunirait dirigeants, experts et citoyens tirés au sort.

Le programme complet est à retrouver ci-dessous :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.