Dans quatre communes de plus de 1000 habitants et dans 102 communes de moins de 1000 habitants, il n'y a aucun candidat pour briguer le poste du maire.

Dans une centaine de villes, les panneaux électoraux vont rester vierges
Dans une centaine de villes, les panneaux électoraux vont rester vierges © AFP / CONSTANT FORME-BECHERAT / HANS LUCAS

On connaît le nombre des candidats qui se présentent aux suffrages des Français pour les municipales du 15 et 22 mars prochain. Il y a 902 465 personnes et 20 765 listes qui présentent leur candidature aux municipales. 

Ce chiffre est en légère décrue (-3%) par rapport à 2014, ce qui s'explique notamment par "une diminution du nombre de communes d'environ 5% sur cette même période", selon le ministère de l'Intérieur qui a communiqué ces chiffres lundi.

Dans quatre communes de plus de 1 000 habitants, il n'y a aucun candidat. C'était le cas seulement dans une commune de ce type en 2014. Aucun candidat non plus dans 102 communes de moins de 1 000 habitants pour cette élection. C'était le cas il y a six ans dans 61 communes de moins de 1 000 habitants.

Que se passe-t-il quand il n'y a pas de candidat ?

"Normalement, si il n'y a pas de liste déposée deux semaines avant le premier tour, les élections sont annulées. Mais le législateur a prévu le coup", a expliqué à France Bleu l'avocat Christian Naux, spécialiste du droit électoral. Depuis 2013, il est possible, pour les communes de moins de 1 000 habitants, de ne voter qu'au second tour, le temps de trouver un candidat ou de compléter les listes. 

"Dans les communes de moins de 1 000 habitants, des candidats peuvent se présenter entre les deux tours si au 1er tour il y a eu moins de candidats que de sièges à pourvoir. Il faut donc maintenir le second tour", nous confirme le ministère de l'Intérieur.

Grâce à cette disposition, sur les 62 communes dans l'incapacité de présenter une liste au premier tour en 2014, 57 d'entre elles ont finalement pu mener les élections à bien au second tour, précise France Bleu. "Cette disposition dérogatoire, prévue pour les communes de moins de 1.000 habitants, offre une souplesse bienvenue en cas de candidatures insuffisamment nombreuses", explique le ministère de l’intérieur dans le Journal officiel, en mars 2019.

Si néanmoins il n'y aucun candidat, "une délégation spéciale devra être mise en place" et "une élection partielle intégrale doit être organisée dans les trois mois (trois mois à compter du 23 mars)", précise le ministère.

Le précédent de Gironde-sur-Dropt

Pour les communes de plus de 1000 habitants c'est différent. "Si aucune liste n'a été enregistrée, l'élection ne peut avoir lieu (ni 1er ni 2nd tour)", tranche le ministère. Il y a six ans, une seule commune de ce type, Gironde-sur-Dropt (Gironde), s’était retrouvée dans cette situation. Une délégation avait pris en main cette bourgade, située à une soixantaine de kilomètres au sud-est de Bordeaux, rappelle le Télégramme. Un maire avait finalement été élu un mois et demi plus tard.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.