Déconvenue pour Clémentine Autain : la candidate insoumise en Île-de-France voulait organiser le 13 juin un meeting en plein air sur une place de Montreuil. Sauf qu'un décret du 21 mai, théoriquement, l'en empêche : il limite à 50 personnes la jauge des réunions politiques dans l'espace public, si les gens sont debout.

Ça c'est un meeting LFI de 2017. S'agissant des réunions électorales organisées en plein air, un décret fixe maintenant la jauge à 50 personnes au plus.
Ça c'est un meeting LFI de 2017. S'agissant des réunions électorales organisées en plein air, un décret fixe maintenant la jauge à 50 personnes au plus. © Maxppp / IP3 / Thibaud Moritz

Dans la dernière ligne droite, la question agite les états majors. Faut-il organiser un meeting ? Et si oui, dans quelles conditions ? Dans les salles, les règles sont claires : obligation d'être assis dans le public, un siège sur deux occupe seulement. Avec des jauges restreintes : 35% pour le moment, 65% à partir du 9 juin. Avec un maximum de 800 personnes, 1 000 dans les stades. 

En plein air, et si le public est debout, c'est plus flou. Selon le décret du 21 mai, la jauge est dérisoire pour un meeting : 50 personnes. Mais cette disposition ne concernerait que les lieux publics. 

"Je trouve ça délirant", lance Jordan Bardella

Le 12 juin, Jordan Bardella, candidat Rassemblement national en Île-de-France, organise ainsi dans une ferme à Mormant (Seine et Marne) un meeting à priori sans restrictions. "Nous avons le comité de suivi des élections toutes les semaines au téléphone, jamais on ne m'a parlé de jauges ou de contraintes particulières puisque c'est un lieu privé", précise t-il, soutenant son adversaire Insoumise. "Je trouve ça délirant ! Qu'on la laisse organiser son meeting !"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Clémentine Autain, candidate LFI en Île-de-France, a déposé un référé-liberté devant le tribunal administratif, dénonçant "des règles arbitraires", alors que récemment 35 000 policiers se sont rassemblés devant l'Assemblée nationale. Au ministère de l'Intérieur, on se défend. La comparaison avec les policiers, nous dit-on, n'est pas valable car il est impossible de limiter les manifestations, le conseil d'État s'étant prononcé plusieurs fois sur le sujet

Quand au meeting de Jordan Bardella, Beauvau assure que rien n'est encore tranché concernant les lieux privés. Il serait temps, à trois semaines du premier tour.