66,1% des électeurs ne se sont pas rendus aux urnes dimanche pour le premier tour des régionales, d‘après une estimation de l’institut Ipsos/Sopra Steria pour Radio France. Du jamais vu pour une élection en France.

L'abstention au premier tour des élections régionales a atteint le niveau record de 66,1%.
L'abstention au premier tour des élections régionales a atteint le niveau record de 66,1%. © AFP / Maxime Gruss / Hans Lucas

La participation finale au premier tour des élections régionales, à 20 heures dimanche, était estimée à seulement 33,9 %, d‘après une estimation de l’institut Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France et LCP. Un taux d’abstention de 66,1 % jamais atteint pour une élection en France. Seul le référendum pour le quinquennat, en 2000, avait moins attiré les Français aux urnes (69,81 % d’abstention).

En décembre 2015, moins d’un électeur sur deux (49,91 %) avait participé au premier tour des élections régionales. C'était peu, mais bien plus que cette année, alors que les Français étaient aussi appelés aux urnes pour élire leurs conseillers départementaux.

Près de 71% d'abstention dans la région Grand Est

C'est dans la région Grand Est que l'abstention est la plus forte (70,8%), selon l'estimation Ipsos/Sopra Steria. Suivent les Pays de la Loire (69,8%) puis l'Île-de-France (67,5%), le Centre-Val de Loire, la Normandie et les Hauts-de-France (67%) et la Provence-Alpes-Côte-d'Azur (66,3%).

Viennent ensuite la Bourgogne-Franche-Comté (65,8%), l'Auvergne Rhône-Alpes (65,1%), la Bretagne (64%), la Nouvelle-Aquitaine (62,9%) et l'Occitanie (61,4%). La Corse est la région où les électeurs se sont le plus mobilisés (44,1% d'abstention).

Les jeunes, grands absents du premier tour

L'abstention est particulièrement élevée chez les femmes (72%, contre 59% chez les hommes). Mais l'âge est le facteur le plus déterminant. Sans grande surprise, ce sont les plus jeunes qui ont le moins participé à ce premier tour des régionales. Seuls 13% des 18 à 24 ans ont voté, et 17% des 25 à 34 ans. 

Chez les 35-69 ans, le taux d'abstention avoisine les 70%. Même parmi les 70 ans et plus, habituellement plus mobilisés, quatre inscrits sur dix n'ont pas été aux urnes.

Seuls un quart des électeurs ouvriers ont voté

La catégorie socio-professionnelle et le niveau de diplôme sont des facteurs moins déterminants que l'âge. Seuls un quart des ouvriers ont voté, contre 31% des cadres et professions intermédiaires. Les retraités en revanche, ont été davantage au rendez-vous (43% de votants).

Quel que soit le niveau de diplôme, l'abstention demeure supérieure à 60%, atteignant 72% pour les électeurs qui ont un baccalauréat et 67% chez les Bac 2.

Les partisans de LFI et du RN ont boudé les urnes

Environ un tiers seulement des électeurs de Marine Le Pen (27%), de Nicolas Dupont-Aignan et Jean-Luc Mélenchon (33%) à l'élection présidentielle de 2017 ont glissé un bulletin dans l'urne. 

Si l'on regarde les résultats en fonction des choix de listes aux élections européennes de 2019, on constate que les électeurs de la France Insoumise et du Rassemblement national n'ont été respectivement que 33% et 40% à voter pour ce premier tour des élections régionales.

Des tendances dont on trouve la confirmation dans l'estimation de l'abstention en fonction des sympathies partisanes : 68% des partisans de la France Insoumise et 69% des partisans du Rassemblement national ont boudé les urnes.

Désintérêt de la politique, situation sanitaire, approche des vacances, confusion dans l'organisation des scrutins... Les raisons de cette abstention record peuvent être multiples, surtout que ces élections attirent rarement les foules. Reste à voir ce qu’il en sera dimanche prochain, au deuxième tour. Aux régionales de décembre 2015, la participation avait nettement grimpé, passant de moins de 50 à plus de 58 %.