Le président de la République se rend au Mali ce vendredi pour sa première visite aux troupes françaises à l'étranger. Il doit y rencontrer les militaires de l'opération Barkhane.

Des soldats de l'opération Barkhane à Gao en mai 2016
Des soldats de l'opération Barkhane à Gao en mai 2016 © Maxppp / Florian Launette

Emmanuel Macron est à Gao au Mali ce vendredi 19 mai. C'est la première visitedu président de la République à des troupes françaises à l'étranger. Il y rencontre lesmilitaires de l'opération Barkhane présents au Mali. Le président de la République avait annoncé, après son élection, qu'il rencontrerait rapidement des soldats français engagés sur une opération extérieure. Dimanche dernier, juste après la passation de pouvoir, il s'est d'ailleurs rendu au chevet de soldats grièvement blessés à l'hôpital militaire de Percy à Clamart (Hauts-de-Seine). Le chef de l'État doit faire l'aller-retour au Mali dans la journée.

4 000 militaires engagés pour l'opération Barkhane

Environ un millier de militaires français est présent en ce moment au Mali. Depuis le 1er août 2014, 4 000 hommes sont ainsi engagés pour cette opération Barkhane qui s'étend sur cinq pays : Mali, Brukina-Faso, Mauritanie, Niger et Tchad. C'est le plus gros déploiement de troupes françaises à l'étranger. Barkhane a pris le relais de l'opération Serval débutée en janvier 2013. Depuis le début de ces opérations contre les jihadistes du Sahel, 19 militaires français ont été tués, le dernier lors d'une embuscade dans l'est du Mali au mois d'avril. Selon le ministère de la Défense, avec l'opération Barkhane plus de 250 terroristes ont été arrêtés ou tués et 17 tonnes d'armes saisies ou détruites.

La France est présente au Mali depuis 2013 pour lutter contre la menace terroriste qui pèse sur la région. L'opération Barkhane vise aussi à accompagner les États partenaires pour les aider à assurer seuls leur sécurité face aux groupes jihadistes qui sévissent dans cette zone.

►"Le succès majeur de l'opération Barkhane, c'est le partenariat avec les armées locales" explique le porte parole du chef d'Etat Major des Armées, le Colonel Patrick Steiger (avec Nathalie Hernandez) :

Le 18 mars dernier, dans son discours sur la Défense, Emmanuel Macron a déclaré que "les défis restent considérables au Sahel". Il s'est aussi engagé, à demander "dès son élection", "d'accélérer les actions d'appui à la montée en puissance des forces du G5 Shael, afin d'accroître leur efficacité". Une visite au Mali qui confirme la volonté d'Emmanuel Macron de remplir pleinement son rôle de chef des Armées.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.