Qui mieux que Léonard de Vinci pour réconcilier la France et l'Italie ? Les présidents Macron et Mattarella vont commémorer ensemble ce jeudi, à Amboise et Chambord, en Touraine, le 500e anniversaire de la mort du génie de la Renaissance. L'occasion d'aplanir les tensions entre les deux pays.

Avec le château de  Chambord, une nouvelle fois, Emmanuel Macron mobilise le patrimoine nationalal pour séduire et convaincre ses interlocuteurs © Getty / Chesnot
Avec le château de Chambord, une nouvelle fois, Emmanuel Macron mobilise le patrimoine nationalal pour séduire et convaincre ses interlocuteurs © Getty / Chesnot © Getty / Chesnot

Une nouvelle fois, Emmanuel Macron mobilise le patrimoine national pour séduire et convaincre ses interlocuteurs. 

Le choix d'Amboise est fort, symboliquement. François Ier, sacré roi de France à seulement 20 ans, y a passé son enfance, et c'est dans ce château que le souverain, réputé pour être un roi bâtisseur, fit venir Léonard de Vinci. On a saisi les messages.

Une nouvelle fois, pour accueillir un homologue étranger, Emmanuel Macron use de la diplomatie des belles pierres. Très souvent c'est le château de Versailles qui a abrité ces rencontres. Vladimir Poutine, des grands patrons internationaux ont pu l'apprécier.

Mais Amboise c'est aussi un écho à "l'art d'être Français" développé la semaine passée par le président. L’art d'être Français "c'est se souvenir dans quel passé nous nous enracinons, ce qui nous donne notre force pour le présent et nous permet de nous projeter vers l'avenir" explique un conseiller de l'Elysée.

Emmanuel Macron n'a pas d'enracinement propre du fait de sa toute jeune histoire politique. Tous les précédents présidents pouvaient cultiver leur Nièvre, leur Corrèze, leur Auvergne, ils y avaient été élus, note son entourage. D'où la volonté du chef de l'État d'utiliser les grands monuments nationaux, pour non seulement séduire ses hôtes de marque, mais aussi se les réapproprier et tenter, à travers ces lieux historiques, de faire le récit de son quinquennat.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.