Un an après l'élection d'Emmanuel Macron, le président de la République affiche une baisse dans l'opinion, mais sa chute est toute relative, comparée à celles de François Hollande et Nicolas Sarkozy à la même période, le tout alors que le contexte social est particulièrement tendu.

Emmanuel Macron réussit la performance, avec Angela Merkel, d'être les deux seuls dirigeants d'Europe à avoir une opinion favorable auprès des Européens sondés.
Emmanuel Macron réussit la performance, avec Angela Merkel, d'être les deux seuls dirigeants d'Europe à avoir une opinion favorable auprès des Européens sondés. © AFP / Ludovic Marin

En plein "printemps social", Emmanuel Macron se maintient à un niveau de popularité correcte, un an après son élection. Le dernier baromètre Odoxa* pour France Inter, L'Express et la presse régionale relève une baisse de popularité - 12 points de moins qu'en mai 2017 - mais une baisse limitée, avec "seulement" 54 % de mauvaises opinions, contre 46 % d'opinions favorables.

Si l’on confronte la popularité d’Emmanuel Macron à celle de ses deux prédécesseurs un an après leur élection, l’actuel chef de l’État se situe largement au-dessus au dessus, avec 10 à 15 points d'opinion favorable de plus que François Hollande et Nicolas Sarkozy. Le tout sans connaître la même dégringolade dans l’opinion. 

Le président de la République voit sa cote de popularité baisser, mais tout en restant à un niveau largement supérieur à celle de ses prédécesseurs.
Le président de la République voit sa cote de popularité baisser, mais tout en restant à un niveau largement supérieur à celle de ses prédécesseurs. / Capture d'écran Odoxa

Mais, différence notable, Emmanuel Macron divise bien plus profondément les Français, relève Céline Bracq, directrice générale de l’institut Odoxa, qui le compare à un autre président de la Vème République : François Mitterrand, mais "à l'envers".

16 sec

Emmanuel Macron, un François Mitterrand à l'envers ?

Par Estelle Schmitt

Plus populaire en Europe qu'en France

Emmanuel Macron réussit pourtant une autre performance : avec Angela Merkel, il est le seul dirigeant d'un pays européen à bénéficier d'une popularité favorable auprès des Européens. Les autres chefs d'État proposés aux sondés n'obtiennent quant à eux qu'indifférence ou détestation.

Capture d'écran Odoxa
Capture d'écran Odoxa

*Enquête réalisée par internet les 15 et 16 mai derniers sur un échantillon de 1 015 personnes âgées de 18 ans et plus, parmi lesquelles : 235 sympathisants de gauche (83 La France Insoumise et 92 du Parti Socialiste), 137 sympathisants La République en Marche, 104 sympathisants Les Républicains et 166 du Front National.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.