La sphère politique et les réseaux sociaux ont ironisé l'annonce ce mercredi du vote de Manuel Valls en faveur d'Emmanuel Macron, malgré son engagement lors de la primaire PS.

Emmanuel Macron ne cache pas son agacement et qualifie l'annonce de Manuel Valls d'"opportuniste"
Emmanuel Macron ne cache pas son agacement et qualifie l'annonce de Manuel Valls d'"opportuniste" © AFP / PHILIPPE HUGUEN

"C'était un secret de polichinelle" a commenté mercredi le député LR et ancien président de l'Assemblée nationale Bernard Accoyer, suite à l'annonce de Manuel Valls qu'il votera pour Emmanuel Macron.

Une annonce moquée par beaucoup, à l'instar de Martine Aubry, perdante de la primaire 2011 il faut le rappeler, qui opposait ce matin sur Twitter sa "conception de l'honneur et de l'éthique démocratique" à celle de l'ancien Premier ministre.

Ce non ralliement, comme le qualifie Manuel Valls lui-même, Emmanuel Macron s'en serait bien passé. Quand il évoque cette initiative, le candidat En Marche ! réplique que Valls, "c'est 3615 j'existe".

Une annonce destinée à plomber la campagne de Macron ?

Emmanuel Macron ne cache donc pas son agacement. Pour lui, il s'agit d'une combine "opportuniste". Un mot doux à l'image de ceux qu'ils se sont souvent échangés. Quand Manuel Valls parlait de son ministre de l'Économie, à l'époque où tous deux étaient au gouvernement, il l'avait surnommé "Microbe".

Selon le fondateur d'En Marche !, Manuel Valls veut, comme beaucoup, reprendre la main une fois l'élection passée, en pariant sur l'échec d'Emmanuel Macron. C'est ainsi que ce dernier le perçoit et ne l'apprécie guère.

Les deux hommes se sont-ils parlés ? Affirmatif, laissent entendre les amis de Manuel Valls. Mais les proches d'Emmanuel Macron démentent formellement : "il y a eu zéro contact".

Manuel Valls qui, lors de sa participation à la primaire élargie du PS, s'était engagé à soutenir le vainqueur de la primaire. Benoît Hamon, en l'occurence. Ce choix délibéré de ne pas respecter les règles de la primaire passe d'ailleurs très mal au sein du gouvernement. Mais un ténor du PS lance un avertissement à Emmanuel Macron : la dernière fois que Valls a été loyal à une personne, ça a tué cette dernière. C'était François Hollande.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.