Le président de la République s'est exprimé dans un message pré-enregistré et diffusé à la télévision tandis que d'autres images de télévision le montraient en direct visitant l'Institut du Monde arabe.

Emmanuel Macron s'est exprimé à l'issue du remaniement du 17 octobre
Emmanuel Macron s'est exprimé à l'issue du remaniement du 17 octobre © AFP / Philippe Lopez

Quelques heures après le remaniement gouvernemental, Emmanuel Macron a exclu tout tournant ou changement de cap, tout en reconnaissant que son "parler-vrai" et sa "détermination" avaient pu "choquer" ces derniers mois.

L'auto-critique avait commencé fin septembre aux Antilles, avec des regrets exprimés pour avoir parlé des "Gaulois réfractaires au changement".

Dans son allocution d'hier soir, très solennelle, le mea culpa est amplifié, dès la première minute.  

Ces derniers mois ont pu rendre moins perceptible [le] sens [de mon action] d'abord parce que, parfois, par ma détermination, ou mon parler-vrai, j'ai pu déranger ou choquer certains. Et j'entends les critiques.

Le cap politique ne change pas, mais c'est sur la forme qu'il promet de changer. 

Il n'y a aujourd'hui ni tournant, ni changement de cap ou de politique. Ce dont vous pouvez être sûrs au contraire, c'est qu'il y a une volonté d'action qui n'a rien perdu de son intensité, et que cette volonté est aujourd'hui plus forte encore.

Il promet des mesures inédites, "profondes et historiques" en matière d'écologie notamment. 

Je sais que l'esprit profond du peuple français a toujours été de ne pas se soumettre, ne pas se soumettre à la tragédie écologique et faire des choix clairs et profonds pour changer notre manière de produire, de nous déplacer, de nous alimenter. Là aussi, il ne s'agit ni de dénoncer une tragédie, ni de rester dans l'immobilisme. Mais de prendre des décisions profondes, inédites.

Six mois après sa dernière grande interview télévisée, Emmanuel Macron veut renouer le fil avec les Français. 

Progressivement, j'en suis sûr, votre quotidien va s'améliorer car le gouvernement est sur la bonne voie.

Le président de la République promet moins de verticalité et une République plus contractuelle.

Il adresse des mises à garde à sa famille politique :  sans les citer, Nicolas Hulot et Gérard Collomb ne sont selon lui clairement pas des exemples à suivre.

Emmanuel Macron donne sa feuille de route, mais il reste très prudent sur les résultats des réformes déjà lancées et se garde de donner des dates.

Je demande au nouveau gouvernement ainsi formé de poursuivre les transformations dont notre pays a besoin et de le faire avec un objectif simple: que nous reprenions pleinement la maîtrise de notre destin. Cela ne se fera pas en un jour. Mais il n'y a aucune fatalité

Pour lui les réformes indissociables de l'enjeu européen, avec l'obligation de réussir pour ne pas céder aux "nationalismes". Finalement, Emmanuel Macron aura parlé d'un autre remaniement : le sien, un changement de style, pour reconquérir le terrain perdu dans l'opinion.

Je crois dans ce projet que je veux porter en Europe. Et c'est pour cela que je souhaite aussi le rassemblement le plus large. Je crois dans ce projet que j'irai porter auprès de chacun d'entre vous. J'ai confiance en vous, en nous, en notre patrie.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.