Depuis le début de son quinquennat, et même avant, le chef de l'Etat semble toujours fasciner les producteurs et réalisateurs de documentaires. Le plus récent, "Macron Président, la fin de l'innocence" est signé du journaliste Bertrand Delais, récemment nommé à la tête de LCP.

Emmanuel Macron à l'Elysée, le 27 avril dernier
Emmanuel Macron à l'Elysée, le 27 avril dernier © AFP / CHRISTIAN HARTMANN / POOL

Un documentaire intitulé Le Casse du siècle sur BFMTV dimanche soir, un autre, Macron le dynamiteur sur LCI la semaine dernière, mais aussi, un retour sur la campagne présidentielle dans Présidentielles 2017 : histoires secrètes (suivi d'un débat, en partenariat avec France Inter), et cette fois"Macron Président, la fin de l'innocence" de Bertrand Delais : alors que le mandat d'Emmanuel Macron approche de son premier anniversaire, les documentaires qui lui sont consacrés se multiplient à la télévision.

Première salve de documentaires après l'élection

Cette salve de films arrive après une première vague de productions sorties juste après l'élection : à l'issue du second tour, le 7 mai 2017, les trois premières chaînes du PAF avaient chacune diffusé un documentaire dans la semaine suivant l'élection, chacune pouvant se targuer d'avoir bénéficié d'images exclusives – savamment distillées par l'équipe de campagne d'Emmanuel Macron, qui avait autorisé une poignée de documentaristes à suivre les dernières semaines de la campagne.  

Cette profusion de documentaires centrés sur l'ascension d'Emmanuel Macron marque-t-elle un changement dans la forme, voire le fond, du documentaire politique ? Il y a en réalité deux types de documentaires politiques : ceux qui se basent sur des images tournées en coulisses, et ceux qui se basent sur des témoignages.

Deux grandes familles de reportages

Ainsi, les documentaires sortis cette semaine sont différents de ceux que les téléspectateurs ont découvert l'an dernier : Le Casse du siècle, par exemple, est composé de beaucoup d'interviews et d'images d'archives, voire de scènes reconstituées, là où Les Coulisses d'une victoire, diffusé sur TF1 dès le lundi 8 mai, était un document sans commentaires (mais pas sans montage), constitué d'images tournées dans les coulisses de la campagne.

Pour les documentaires pourvus d'archives et d'interviews, pas de grand changement. Dans cette veine, dans laquelle s'inscrit le documentaire diffusé dimanche sur BFMTV, on peut remarquer le documentaire Moi, candidat de Canal +, somme d'interviews d'anciens candidats, ou encore la série C'était écrit diffusée actuellement sur France 5. 

Caméras embarquées et documentaires-bilans

Le maître-étalon dans l'autre catégorie est un documentaire paru en 2001 et en plusieurs épisodes : Paris à tout prix, réalisé par Yves Jeuland. Déjà, la caméra est au cœur de l'action, "embeddée" dans les équipes de campagne des uns et des autres. Mais il s'agit alors moins de montrer l'ascension d'un candidat que de montrer, justement, les relations entre les différents candidats et leurs équipes.  

En 2010, Yves Jeuland avait récidivé, en proposant un documentaire – Le Président – sur la campagne de Georges Frêche pour conserver la région Languedoc-Roussillon. Là encore, le documentaire avait été diffusé longtemps après la fin de la campagne – et même après sa mort en octobre 2010

Reste un cas particulier : un documentaire de Raymond Depardon sorti en 2002 et tournée... en 1974, sur la campagne de Valéry Giscard d'Estaing. Précurseur, le photographe et réalisateur avait suivi de près la campagne de VGE... avant que celui-ci ne fasse interdire la diffusion du reportage. Il a fallu attendre 28 ans pour que celui-ci puisse sortir au cinéma, sous le titre 1974, une partie de campagne.

Inversement, lorsque des documentaires s'intéressent à une personnalité politique en particulier, c'est souvent pour suivre une période moins triomphante, ou à plus longue échéance. En 2013, Campagne intime, réalisé par une amie de Carla Bruni-Sarkozy, retrace le parcours de l'ancien président de sa déclaration de campagne... à sa défaite. Quant aux documentaires sur François Hollande, les deux plus marquants concernent non pas son élection mais son quinquennat (François Hollande, le mal-aimé) voir les tous derniers jours de son mandat (François Hollande, dernier jour à l'Elysée).

S'il y a une nouveauté dans les documentaires que l'on a vus consacrés à Emmanuel Macron, c'est peut-être dans l'alliance de tous ces critères à la fois : un caractère "vu des coulisses" à la fois très libre et très contrôlé, une certaine immédiateté entre le tournage, le traitement et la diffusion, et un sujet focalisé sur l'ascension d'un seul homme (et de son équipe).  

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.