Alors que sa campagne européenne peine à décoller, le président des Patriotes, ancien numéro 2 du Front National, est rattrapé par l’affaire des emplois présumés fictifs au parlement européen. Un rapport rédigé par l’une de ses assistantes semble antidaté. Il justifiait pourtant en partie son travail.

Florian Philippot, président des Patriotes et député européen
Florian Philippot, président des Patriotes et député européen © Radio France / Jean-Christophe Bourdillat

C'est un rapport de 52 pages accablant pour le président des Patriotes. Un rapport sur les relations entre l'Union européenne et le Maghreb que Florian Philippot, alors numéro 2 du FN, aurait commandé à l'une de ses assistantes parlementaires, Férial Mostefaï, ce qui, selon le journal Libération, aurait permis à l'eurodéputé de justifier son emploi auprès des enquêteurs de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales.

La couverture du rapport rédigé soit disant par Férial Mostefaï
La couverture du rapport rédigé soit disant par Férial Mostefaï © Radio France

Copier coller et antidatage

Nous avons pu consulter des photographies de ce rapport. Et ce qui frappe d'abord, ce sont les copier-coller. Des articles de presse ou des pages Wikipédia, repris à l'identique ou presque. Comme cette introduction sur l'Union européenne

Plus compromettant encore, après vérification, certains de ces copier-coller ne datent pas des versions 2015 des fiches Wikipédia, mais des versions 2016, ce qui tend à prouver l'antidatage de ce document. 

Un rapport écrit par un autre collaborateur

Selon une source, à l'époque proche de Florian Philippot, le rapport aurait tout simplement été rédigé par un autre collaborateur, Thomas Laval, missionné en urgence pour écrire ces 52 pages sans laisser de traces et sauver ainsi la peau de Férial Mostefaï, alors visée par une enquête du parlement. Thomas Laval que nous n'avons pas réussi à joindre.

Floriant Philippot lui, dénonce "une accusation grotesque" et une copie frauduleuse de ce document. Il menace de suites judiciaires.

Les président des Patriotes qui se justifie ainsi dans le journal Libération, "Il y a des copier-coller, et alors ? C'est illégal d'avoir une assistante parlementaire nulle ?" Pas si nulle que ça à priori puisque la fameuse Férial Mostefaï travaille toujours au parlement européen, salariée du groupe EFDD (Europe de la liberté et de la démocratie directe).  

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.