aéroport de Nice
aéroport de Nice © / Olivier Bacquet

Le maire de Nice dénonce le projet de "loi Macron" qui ouvre la voie à une privatisation de l'aéroport de Nice Côte d'Azur. L'Etat en possède les deux tiers. Christian Estrosi veut organiser un référendum local pour que les habitants puissent trancher.

Il l'avait déjà dit, il le confirme. Christian Estrosi ne veut pas que l'aéroport de Nice soit géré par des fonds privés. Dans le texte du ministre de l'Economie, Emmanuel Macron prévoit la privatisation de l'aéroport. C'est plus précisément l'article 49 de ce projet de loi sur l'activité et la croissance qui aborde le sujet et stipule : "Le transfert au secteur privé de la majorité du capital de la société Aéroports de la Côte d'Azur est autorisé" .

Êtes-vous pour la privatisation de l'aéroport Nice Côte d'Azur ?

C'est la question qui pourrait être posée aux électeurs de Nice le 20 février. La proposition sera étudiée en conseil municipal, le 19 décembre. Christian Estrosi étant également le président de la métropole Nice Côte d'Azur, un scrutin plus large pourrait également être envisagé.

Christian Estrosi était ce matin l'invité de la matinale de France Bleu Azur

53 sec

Christian Estrosi sur France Bleu Azur

Par ailleurs, le député-maire a annoncé son intention de rédiger trois amendements au projet de "loi Macron" , qui sera examiné en janvier à l'Assemblée nationale.

A ce jour, l'aéroport est géré par la société anonyme Aéroports de la Côte d'Azur (ACA). L'État en est actionnaire à hauteur de 60%, avec la CCI de Nice Côte d'Azur (25%), la région PACA (5%), le département des Alpes-Maritimes (5%) et la métropole Nice Côte d'Azur (5%). Si la loi est votée, l'Etat pourrait vendre tout ou partie de ses parts.

L'aéroport niçois est le deuxième aéroport français, en terme de trafic (11,8 millions de passagers attendus en 2014), derrière l'aéroport parisien de Roissy Charles de Gaulles et devant Orly.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.